Modern technology gives us many things.

Assemblée nationale : des membres de «Macky 2012» demande 5 ans pour Niasse

niass 1La polémique sur le retour du quinquennat pour la présidence de l’Assemblée nationale, un mandat ramené de 05 ans à l’unité du fait de la « Loi Sada Ndiaye » n’a encore fini de susciter les prises de position les plus divergentes au sein de la mouvance présidentielle. Dernière en date : celle du Cadre de réflexion et d’action pour la citoyenneté (Crac), un mouvement citoyen membre de la coalition « Macky 2012 » dont les membres ne réclament ni plus ni moins que de renvoyer le mandat du président de l’Assemblée à 05 ans. Une façon de ramer à contre-courant de l’Apr, fortement réfractaire à cette proposition soulevée, dernièrement, par Rewmi d’Idrissa Seck. (photo : Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale

Selon le coordonnateur national du Crac Abdoulaye Faye et cie, le retour au quinquennat reste en vérité une condition sine qua non pour la stabilité du pouvoir législatif. A l’issue de sa dernière réunion d’instance, le mouvement citoyen membre de la coalition « Macky 2012 » demande ainsi, « pour une stabilité du pouvoir législatif…de renvoyer le mandat du président de l’Assemblée à 05 ans afin que le législatif puisse jouer son rôle véritable dans une démocratie moderne comme la nôtre».

En guise d’argumentaire, Abdoulaye Faye et ses compagnons font remarquer que le jeu des institutions au Sénégal offre l’image d’un Parlement n’ayant pas « tout le prestige et l’autorité qu’il faut à un Parlement dans une démocratie ». Et de noter que « l’explication de la faiblesse de l’Assemblée ne se trouve certainement pas dans son statut avec des députés élus au suffrage universel… et n’est pas non plus à chercher dans les prérogatives du Parlement qui sont les mêmes que celles de tous les Parlements du monde, à savoir le vote de la loi et le contrôle de l’action gouvernementale ».

Attestant dès lors que cette image du Parlement en général et de l’Assemblée nationale en particulier mérite une « réforme sérieuse », les membres du Crac invitent à attribuer au Parlement, « outre ses compétences classiques de légiférer et de contrôler l’action gouvernementale, celle de l’évaluation des politiques publiques».

Sur un autre palier, ces membres de « Macky 2012 » ont invité tous les partisans de l’actuel président de la République à « hâter le pas et sonner le clairon sans tarder, pour un plan de soutien au programme » de Macky Sall. Refusant de verser dans la communication, tous azimuts, autour des dossiers politico-judiciaires (biens mal acquis, Hissem Habré, Maître Babacar Sèye…), les membres du Crac appellent à « corriger le tir, selon les formes appropriées… et à la prise de conscience citoyenne dans cet élan de reconstruction nationale du Sénégal dont les grandes lignes sont tracées par le président de la République». (Sud Quotidien 21/05/2013)

 

 

Les commentaires sont fermés.