Modern technology gives us many things.

Assassinat du journaliste Norbert Zongo : des proches du défunt saisissent la Cour africaine des Droits de l’homme

norbert zongoLa Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples siégera les 28 et 29 novembre prochains pour l’audition des arguments des parties dans l’affaire opposant le Burkina Faso aux proches de feu le journaliste Norbert Zongo, assassiné avec trois autres personnes en décembre 1998, apprend-on mercredi.


Norbert Zongo était directeur de publication de L’Indépendant, un hebdomadaire très critique à l’égard du pouvoir. En 2006, la justice burkinabè a classé le dossier, officiellement, pour raison de manque de preuve.

‘’Du 28 au 29 novembre, les juges vont entendre les arguments des parties. Ces deux jours d’audiences seront consacrés au fond du dossier”, a indiqué à APA Jean-Pierre Uwanone, chargé de l’information auprès de la Cour africaine qui a son siège, à Arusha, dans le nord de la Tanzanie.

Des proches de Norbert Zongo ainsi que le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme accusent leur Etat d’avoir, jusqu’à ce jour, failli à son obligation de rechercher, poursuivre et juger les responsables de l’assassinat.

Ils estiment que le Burkina Faso a ainsi violé la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi que la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

La Cour peut ordonner au Burkina Faso de diligenter une enquête sur l’assassinat et/ou de verser des réparations aux ayant-droits.

Signé en 1998, le protocole portant création de la Cour est entré en vigueur en 2004 et l’institution a été mise en place en 2006. Ses décisions ne sont pas susceptibles d’appel.

A ce jour, 26 Etats seulement ont ratifié le protocole établissant la Cour. Une fois qu’un Etat a ratifié le protocole, il doit aussi faire une déclaration spéciale acceptant la compétence de la Cour pour permettre aux citoyens de saisir directement la Cour.

A ce jour, sept pays seulement, à savoir le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Malawi, le Mali, le Rwanda et la Tanzanie ont signé cette déclaration spéciale.

La Cour a compétence pour connaitre de toutes les affaires et les différends dont elle est saisie concernant l’interprétation et l’application de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.
Elle se compose de onze juges, ressortissants des États membres de l’Union africaine.

Les juges de la Cour sont élus, après leur nomination par leurs Etats respectifs, à titre personnel parmi des juristes africains jouissant d’une très haute autorité morale, et d’une compétence et d’une expérience judiciaires ou académiques reconnues dans le domaine des droits de l’homme.

Les commentaires sont fermés.