Modern technology gives us many things.

Armes chimiques en Syrie : l’ONU veut «faire la lumière»

armes chimiquesxibaaru.com – L’armée de Bachar al-Assad a-t-elle utilisé du gaz sarin (un gaz neurotoxique) pour mater les rebelles lors de sa violente attaque menée ce mercredi dans la région de Damas, au sud-ouest de la Syrie et qui aurait fait plus d’un millier de morts? Alors que le gouvernement dément fermement ces accusations venues de l’opposition, plusieurs pays européens, dont la France, ainsi que les Etats-Unis, ont demandé à l’Organisation des nations unies (ONU) d’aller enquêter sur place le plus vite possible pour confirmer ou infirmer l’information.

Réunis en urgence mercredi après-midi à New York (21 heures en France), à la demande de cinq de ses membres (la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Luxembourg et la Corée du Sud), le Conseil de sécurité de l’ONU a déclaré, trois heures plus tard, vouloir «faire la lumière» sur les accusations d’utilisation d’armes chimiques près de Damas et «salue la détermination» de l’ONU à enquêter, selon sa présidente. «Il faut faire la lumière sur ce qui s’est passé et suivre de près la situation», a souligné l’ambassadrice argentine Maria Cristina Perceval à l’issue de consultations au Conseil. «Les membres du Conseil saluent la détermination du secrétaire général (Ndlr: Ban Ki-moon) à mener une enquête approfondie et impartiale».
Toutefois, le Conseil de sécurité n’a pas adopté de déclaration formelle sur ce dossier. La Russie et la Chine, qui s’efforcent de protéger le régime de Bachar al-Assad depuis le début de la crise syrienne, se sont opposées à l’adoption d’une déclaration en bonne et due forme. Soulignant la «une vive inquiétude devant les allégations» portées par l’opposition syrienne, Maria Cristina Perceval a rappelé que toute utilisation d’armes chimiques serait «une violation des lois internationales». Les pays membres du Conseil, a-t-elle dit, ont également lancé «un appel pressant à un cessez-le-feu» et souligné la nécessité de «porter assistance immédiatement aux victimes».

 

Les commentaires sont fermés.