Modern technology gives us many things.

Après le départ de Arcelor Mittal, que va faire Macky du gisement de fer de Falémé ?

macky ferLa justice a donné raison à Dakar dans son conflit avec ArcelorMittal et lui a restitué ses droits sur le gisement ferreux de Falémé. Reste le plus difficile : trouver les moyens de l’exploiter

Une nouvelle page se tourne dans l’histoire de Falémé. Le 3 septembre, la cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale de Paris a restitué au Sénégal ses droits sur la mine de fer située dans le sud-est du pays. Le tribunal arbitral a balayé les arguments d’ArcelorMittal. Le groupe sidérurgique, concessionnaire depuis 2007, avait justifié l’arrêt des opérations deux ans plus tard par la découverte de réserves prouvées moindres que prévu (630 millions de tonnes de minerai d’une teneur en fer variant de 40 % à 57 %, au lieu de 750 millions) et par ses difficultés financières : il affichait fin septembre 2008 une dette nette de plus de 30 milliards de dollars (environ 21 milliards d’euros). Le projet aurait dû créer plus de 10 000 emplois et rapporter chaque année 114 millions d’euros à l’État. Mais si le revirement de ces derniers jours a été salué par la presse sénégalaise, que va-t-il réellement apporter au pays ?

De 187 dollars en février 2011, les cours du minerai ont chuté à 127 dollars. Décourageant

Depuis quarante ans, l’exploitation du fer dans l’est du Sénégal bute principalement sur l’absence d’infrastructures. Pour développer le gisement de Falémé, situé à la frontière malienne, il faudrait en effet construire un port minéralier à Bargny-Sendou (au sud de Dakar) ainsi qu’une voie de chemin de fer d’environ 750 km le reliant au site minier. En 2007, ArcelorMittal, qui prévoyait également la réalisation d’une aciérie, évaluait l’ensemble du projet à 2,2 milliards de dollars.

Un investissement important, plus facilement envisageable à l’époque qu’aujourd’hui : au plus haut en février 2011, à 187 dollars la tonne, les cours du minerai de fer ont, depuis, chuté à 127 dollars. Sachant que le marché devrait entrer en surproduction l’année prochaine, Goldman Sachs estime qu’ils pourraient encore baisser jusqu’à 80 dollars en 2015. Un montant certes supérieur aux 37 dollars en vigueur au moment de la signature de la concession entre ArcelorMittal et l’État sénégalais. Mais « en ce moment, concernant les projets miniers, il est très difficile de trouver des financements, tant en dette qu’en fonds propres, et c’est particulièrement vrai pour le minerai de fer, où tout se joue en onshore et où les infrastructures sont souvent lourdes. Mais ces projets sont à long terme et on doit rester optimistes pour l’avenir », explique Stéphane Brabant, avocat au cabinet Herbert Smith Freehills. Qui résume : « à moins d’une production annuelle significative de minerai de fer, les projets sont très difficiles à monter et ceci notamment à cause du coût des infrastructures qui affecte leur bancabilité »

Les commentaires sont fermés.