Modern technology gives us many things.

Anne Paugam officiellement nommée à la tête de l’AFD

afd anneAnne Paugam a été nommée directrice de l’Agence française de développement (AFD) par le Conseil des ministres mercredi 29 mai. Cette décision a été prise suite à son audition le 22 mai par les commissions des Affaires étrangères du Sénat et de l’Assemblée nationale.

Anne Paugam est la première femme à diriger l’Agence Française de Développement (AFD). Inspectrice générale des finances, elle a été nommée à la tête de l’AFD par le Conseil des ministres du 29 mai. Elle prend officiellement ses fonctions le 3 juin.

Son parcours est sans faute. Diplômée de Sciences Po Paris, elle rejoint l’Inspection Générale des Finances en 1993 à sa sortie de l’ENA. En 1997, elle intègre la Banque mondiale. C’est en 2002 qu’Anne Paugam arrive à l’AFD pour y exercer successivement des responsabilités en matière de pilotage stratégique (création et direction du service chargé de la programmation et du pilotage stratégique), en matière opérationnelle (directrice du département finançant les projets dans les secteurs éducation, formation professionnelle et santé), puis comme secrétaire générale et membre du comité exécutif, en charge du budget, des moyens, des finances et des risques.

En 2010, elle rejoint l’Inspection générale des finances, son corps d’origine, où elle conduit un dialogue régulier avec les administrations chargées de la politique bi et multilatérale de l’aide publique au développement. Après avoir quitté l’agence, elle contribue aux réflexions sur l’aide au développement du think tank de gauche Terra Nova.

Un programme chargé

Anne Paugam a dévoilé, lors de son oral du 22 mai devant les commissions des Affaires étrangères du Sénatet de l’Assemblée nationale, les trois défis majeurs que devra affronter l’AFD dans les années à venir. Tout d’abord, l’agence devra maintenir les capacités d’influence de l’établissement public, dans un contexte de forte contrainte budgétaire. Dans la mesure où « le développement ne peut plus se concevoir autrement que durable ». Le deuxième défi sera de concilier normes environnementales et sociales et réduction de la pauvreté. Enfin, le troisième axe de son action consistera à favoriser la projection du savoir-faire français, avec en tête l’idée de promouvoir l’expertise des entreprises françaises dans les pays pauvres et émergents.


Les commentaires sont fermés.