Modern technology gives us many things.

Amnesty International met en lumière la faiblesse des états dans la défense des droits humains

En Afrique, les conflits, la pauvreté et les atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité et les groupes armés ont mis en lumière la faiblesse des mécanismes régionaux et internationaux de défense des droits humains, alors même que le continent s’apprête à célébrer le 50e anniversaire de la création de l’Union africaine (UA), souligne Amnesty International dans son rapport 2013.

cameroun amnestyLe rapport 2013 d’Amnesty International rendu public, jeudi, donne, sur quelque 400 pages, une vision complète et détaillée de la situation des droits humains dans le monde et plus précisément dans 159 pays et territoires.

Ce document témoigne de l’action menée par Amnesty pour ‘’lutter contre les atteintes portées à ces droits dans le monde entier et détermine les problèmes les plus importants à régler dans ce domaine au cours de l’année à venir’’.

En Afrique, estime l’ONG, ‘’l’aggravation de la crise malienne en 2012 a été le reflet de nombreux problèmes profondément enracinés’’ sur le continent.

‘’Sur tout le continent, les conflits, la pauvreté omniprésente et les exactions des forces de sécurité et des groupes armés pesaient lourdement sur le quotidien des populations et empêchaient les citoyens de jouir pleinement de leurs droits, mettant en évidence les lacunes intrinsèques des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains, de la paix et de la sécurité’’, souligne le rapport.

Amnesty International mentionne la République démocratique du Congo (RDC) où ‘’les civils ont été les premières victimes des violations des droits humains perpétrées par les forces de sécurité et par des groupes armés de plus en plus nombreux’’.

Au Nigeria, relève le rapport, ‘’les attentats à l’explosif et les attaques perpétrés par le groupe islamiste armé Boko Haram ont fait plus d’un millier de victimes’’. ‘’En riposte à ces actions, les forces de sécurité nigérianes ont également commis de graves violations des droits humains : disparitions forcées, exécutions extrajudiciaires, incendies de maisons, détentions illégales, etc’’.

L’ONG rappelle encore l’utilisation en août 2012 par police sud-africaine de fusils d’assaut et des balles réelles pour réprimer une grève dans une mine de platine de la société LONMIN, à Marikana (province du Nord- Ouest). ‘’Seize mineurs ont trouvé la mort sur le site et 14 autres à l’endroit où ils s’étaient réfugiés pour échapper aux tirs des policiers’’, selon Amnesty.

Sur le continent toujours, ‘’les défenseurs des droits humains, les journalistes et les opposants étaient en butte à une dure répression’’, selon le rapport qui signale que ‘’certains ont été condamnés à de longues peines d’emprisonnement, comme en Éthiopie, d’autres ont été arrêtés de manière arbitraire, harcelés ou encore menacés de mort, comme en Gambie (…)’’.

Amnesty International fait aussi état de ‘’plusieurs pays’’ qui ont prononcé des condamnations à mort, même si ‘’seuls quelques-uns ont procédé à des exécutions ‘’. L’ONG cite la a Gambie, un pays qui ‘’a envoyé un signal inquiétant en exécutant ses premiers prisonniers depuis 30 ans’’.

Selon le rapport 2013 toujours, ‘’cette année encore, les femmes et les filles ont été particulièrement exposées à la discrimination et aux violences liées au genre. Les violences familiales sont restées monnaie courante, de même que les violences cautionnées par l’État et celles entraînées par les conflits’’.

De façon globale, Amnesty estime, dans son rapport, que ‘’faute d’action internationale dans le domaine des droits humains, le monde est en train de devenir de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants’’.

‘’Les droits de millions de personnes qui ont fui les conflits et les persécutions, ou qui ont quitté leur pays en quête de travail et d’une vie meilleure, pour eux et leur famille, sont bafoués”, a dénoncé l’organisation.

‘’Partout dans le monde, les Etats se montrent davantage désireux de protéger leurs frontières nationales que les droits de leurs citoyens et ceux des hommes et des femmes qui viennent chercher refuge ou de meilleures chances chez eux’’, relève le rapport.

Les commentaires sont fermés.