Modern technology gives us many things.

Amnesty dénoncent les conditions des travailleurs esclaves au Qatar

esclaves 3Dans un rapport sur les conditions de travail au Qatar, l’ONG Amnesty International pointe du doigt la situation des employés de maison qui ne sont pas protégés par le Code du travail. A mesure que les travaux pour la Coupe du monde 2022 avancent au Qatar, les observations sur les conditions de travail se multiplient. L’ONG de défense des droits de l’homme Amnesty International publie un rapport sur les conditions de travail des immigrés dans l’Emirat. Celles des employés de maison, majoritairement des femmes, ne sont même pas régies par le Code du travail qatari. Au Qatar, les travailleurs migrants -Philippins, Pakistanais, Indonésiens ou Bangladais- sont entre 1,2 et 1,4 million, soit 94% de la main d’œuvre du pays. Parmi eux, on compte environ 130 000 employés de maison dont 80 000 femmes. Amnesty International constate que l’exclusion du Code du travail, l’isolement par rapport à d’autres travailleurs et une loi sur le parrainage les mettent à la merci de leurs employeurs. La toute-puissance du patron. Pour travailler au Qatar, tous les immigrés doivent se plier à la kafala. Ce système les oblige à avoir un “parrain”, leur employeur. “En vertu de ce texte, les employeurs peuvent empêcher leurs employés de changer de travail ou de quitter le pays et annuler leur permis de séjour”, explique Amnesty. C’est encore l’employeur qui doit donner son aval pour l’obtention ou le renouvellement de ce permis, appelé “pièce d’identité”: sans ce sésame, les travailleurs immigrés peuvent être arrêtés. Quitter le pays est mission impossible. Un permis de sortie est délivré avec l’aval du parrain qui, bien souvent, refuse et conserve le passeport. Reza, employé depuis 2010 dans une région désertique, aimerait partir. Mais il est dépendant de son employeur qui lui apporte eau et nourriture. S’il fuit, son patron doit le déclarer comme “fugueur”. Pas de salaire et un repas par jour –

Sidy Niang/xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.