Modern technology gives us many things.

Aminata Traoré, ancienne ministre de la Culture du Mali : « Il faut tirer le maximum de nos cultures »

aminata traorexibaaru.com – « Nous devons faire de la culture la page, mais les hommes politiques en font la marge », a lancé, en substance, l’ancienne ministre de la Culture du Mali, Aminata Dramane Traoré.  S’exprimant dimanche dernier à Gorée, dans le cadre de la 7ème édition du Colloque International des Musulmans de l’Espace Francophone (Cimef), prévu du 23 au 26 août 2013, Mme Traoré a tiré à boulets rouges sur une certaine manière d’être et de faire des acteurs culturels africains : « Nous sommes des consommateurs d’idées et de produits venus d’ailleurs. Il faut une réforme. La culture est devenue une marchandise réduite à l’expression matérielle. L’acteur culturel va se vendre ailleurs. Vous êtes niés dans votre dignité humaine parce que vous n’êtes pas comme eux (les Occidentaux). » Mme Traoré place tous ces manquements dans le dos des résultantes du « programme d’ajustement structurel qui ont laminé nos Etats. » En effet, d’après elle, « une des caractéristiques des temps présent, c’est que les gens sont désemparés et preneurs de tout, du fait des puissances. »

Passionnée de la culture africaine, elle a magnifié le mariage qui se fait, au moins, à trois niveaux « chez nous : tradition, mairie, mosquée ou église » pour en montrer, notamment le sérieux qui l’accompagne. « La dimension esthétique m’importe, mais l’éthique plus. Il faut tirer le maximum de nos cultures bamana ou bambara, Wolof, Sérère, etc. », a-t-elle exhorté.

Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.