Modern technology gives us many things.

Amadé Ouérémi sera jugé en Côte d’Ivoire et non au Burkina Faso

Le gouvernement ivoirien a annoncé mardi soir que le Chef milicien, Ouédraogo Amadé Rémi alias ‘’Amadé Ouérémi’’, arrêté le samedi dernier dans l’Ouest du pays, sera présenté aux juridictions compétentes conformément à la loi.


amadé ourémiDans un communiqué lu au journal télévisé de 20 heures de la télévision nationale première chaîne (RTI 1, service public), le Ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko rassure les populations de la forêt du Mont Péko que toutes les dispositions ont été prises pour assurer leur sécurité.

La même source ajoute que sur instruction du Président Alassane Ouattara, l’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (ADDR) est en train de recenser les populations du Mont Péko et leurs besoins afin d’y apporter une réponse. L’ADDR ambitionne de réintégrer 30.000 ex-combattants en 2013 et 34.777 en 2014.

Soupçonné par plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme, de graves crimes contre l’humanité, M. Ouérémi d’origine burkinabé a été arrêté samedi dans la forêt du Mont Péko qu’il occupe depuis des années.

Il a été conduit dans le principal camp militaire de Duékoué, la capitale de la région du Guémon après son arrestation dans le village de Bagohouo. Depuis dimanche, M. Ouérémi a été transféré à Abidjan et serait détenu à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (MAMA).

Des soldats du Bataillon de sécurisation de l’Ouest (BSO), dirigé par le Commandant Losseni Fofana dit ‘’Loss » ont lancé jeudi une offensive sur la forêt du Mont Péko où se trouvait Amadé Ouérémi avec ses miliciens, estimés à plus d’une centaine.

Depuis les années 2000, M. Ouérémi défiait l’autorité de l’Etat dans cette forêt devenue sa ‘’chasse gardée » où il cultivait notamment le cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial.

Amadé Ouérémi a été un supplétif des forces pro-Ouattara quand celles-ci étaient engagées dans la bataille armée post-électorale de décembre 2010 à avril 2011 face aux soldats et mercenaires proches du régime de Laurent Gbagbo.

u

Les commentaires sont fermés.