Modern technology gives us many things.

Aly Ngouille Ndiaye refait parler de lui dans un autre scandale, celui du zircon…

L’état compte sur l’exploitation contestée d’un gisement pour réaliser le PSE. Et quand on parle du PSE, l’Etat ne recule devant rien, même si cela doit se faire au détriment des populations. Et Aly Ngouille Ndiaye force la main au gouverneur de Ziguinchor pour relancer l’exploitation d’une mine controversée par les populations.
L’exploitation du zircon de Niafrang (Bignona) continue du soulever des vagues. Les populations campent sur leur position de ne jamais accepter l’exploitation dans cette mine pour « des raisons environnementales et sécuritaires ». Mais le plus incompréhensible dans cette affaire c’est la position de l’état du Sénégal. Un chronogramme des travaux a même été déjà établi à en croire le Ministre des mines Aly Ngouye. Voici ce que le Ministre dit dans une lettre adressée au Gouverneur de Ziguinchor : «le projet intitulé Accélération de l’exploitation du zircon fait partie… des projets inscrits dans le programme Sénégal émergent (PSE) » dans le paragraphe suivant le Ministre dit ceci : « l’exploitation des gisements de Niafrang qui est une composante du projet Accélération de l’exploitation du zircon est prévue au 2ème semestre de l’année 2015… »
Le projet est déjà approuvé, validé et va démarrer en 2015 alors que les populations jurent que les machines passeront d’abord sur leur corps avant d’aller creuser. Dans ce dialogue de sourds entre la population et la société, l’état a déjà choisi son camp et semble tourner le dos à ses administrés au profit de l’argent. Et le Ministre envoie les autorités administratives locales dans une mission impossible ; accompagner les responsables de la société sur les lieux pour une audience publique de négociation. Ce qui ressemble à une mise en scène ridicule. Cette audience était organisée Lundi dernier et était un nième échec car les populations n’ont pas varié dans leur position.
L.Badiane pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.