rufisqueLe littoral rufisquois se retrécit comme peau de chagrin à cause de l’avancée inexorable de la mer. De Rufisque à Toubab Dialaw, en passant par Bargny, Minam et Sendou, l’océan avale chaque année des portions du continent. Aujourd’hui, selon les experts, le centre ville de Rufisque  est menacé de disparition si rien n’est fait. La digue de protection qui a été installée depuis les années 80 ne joue plus son rôle. Elle s’affaisse de plus en plus. Heureusement la nouvelle digue  réceptionnée en juillet dernier vient apaiser les craintes d’une partie des populations situées sur le littoral, dans le périmètre communal de la ville

 

La menace pèse sur Rufisque

Le littoral du département de Rufisque, compris entre la ville de Rufisque et la communauté rurale de Yène, fait  face dangereusement  à  l’avancée de la mer. L’érosion maritime cause  des dégâts importants  sur les populations qui souvent, restent sans moyens de lutte et de défense. Le  continent est de plus en plus grignoté par les eaux qui avancent  inexorablement vers l’intérieur  engloutissant quelques portions de terre dans leur  lente et irréversible  marche.

La situation de la ville en dessous du niveau de la mer est une des principales causes de  ce mal. D’ailleurs, des experts français  de la coopération décentralisée nantaise estiment  que  si rien n’est fait, le centre ville de Rufisque risque de disparaître dans quelques années.  Comme preuve de leurs allégations, ils indiquent la position actuelle des murs de protection à l’escale communément appelés wharfs. Ces édifices qui avaient été mis en place au début des années 60 se trouvent actuellement sous les eaux. Selon toujours cette étude, une petite observation permettrait de se rendre compte qu’en 40 ans, la mer a avancé de plus de 50 mètres.

 

Lire la suite sur www.sudonline.sn

PARTAGER