aïda mbodjLa député maire Mme Aida Mbodji  a annoncé hier, dimanche à Bambey à l’occasion d’une rencontre avec ses militants et responsables que le Parti démocratique sénégalais est en mesure de remporter les prochaines élections locales au niveau des 12 collectivités locales de ce département. Pour la responsable libérale, les libéraux sont «confiants» à cause de la morosité de la situation économique qui prévaut dans le pays marquée par le manque de ressources et de l’incompétence des dirigeants. A titre d’exemple, Mme Aida Mbodji a évoqué la rareté de l’eau qui sévit au niveau de la capitale sénégalaise. Cette situation s’explique, selon elle, par le fait que la société nationale d’exploitation des eaux du Sénégal (Sonees) qui dépend de l’Etat « n’a pas su orienter la dépense publique. Les dirigeants ont falsifiés les installations. Ils n’ont pas pu mettre assez de moyens pour les installations .

La responsable libérale de Bambey a  ainsi dénoncé les actions entreprises concernant l’emploi des jeunes, dénoncé les promesses non tenues et les délestages.
«Le pouvoir actuel avait promis de régler ces problèmes au bout d’un an mais voilà deux ans que rien ne va dans ce pays », souligne-t-elle.

« Pape Diouf, un homme de quota»

S’adressant à son adversaire, le ministre de l’hydraulique et de l’assainissement Pape Diouf, elle soutient qu’il se trouve dans un « dilemme cornélien « avec le départ d’Idrissa Seck de la coalition Bennoo Book Yakaar . « S’il quitte la coalition avec Idrissa Seck, il risque de perdre son poste de ministre mais s’il le renie, Bambey va lui tourner le dos. Pour elle, le Baol ne connait pas la traîtrise, il n’a rien gagné, c’est un homme de quota. Il doit tout au maire de Thiès » a-t-elle martelé. Mme Mbodji soutient que ce dilemme va profiter au parti démocratique sénégalais qui sera présent dans les 12 collectivités locales.

Si Idy avait accepté nos conseils.

La député maire de Bambèye a enfin recommandé aux militants libéraux de faire preuve de dépassement et d’aller vers l’unité pour éviter des votes sanctions, de bien sensibiliser les populations. Elle demande ainsi à tous ses militants dès qu’il y a possible.

Par contre elle tient à préciser que les libéraux n’accepteront jamais une dissolution du Parti démocratique sénégalais dans le Rewmi et vice versa. Même si elle n’écarte pas  l’éventualité de nouer une coalition avec le parti rewmi.
« Si il (Ndlr Idrissa Seck) avait accepté nos conseils entre les deux tours en soutenant le président Wade, il serait aujourd’hui le leader du PDS » martèle l’ancienne ministre libérale

 

Sud Quotidien

PARTAGER