Modern technology gives us many things.

Afrique centrale : Obiang Nguéma remet tout en cause et s’isole

obiang 1Rien ne va plus à la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale. La Guinée équatoriale a décidé de ne pas appliquer l’accord de libre circulation des personnes et des biens signé en juin. Un mauvais coup pour l’intégration régionale. Cinq mois. C’est le temps qu’a mis la Guinée équatoriale pour revenir sur sa signature. Le 8 novembre, le gouvernement a annoncé qu’il n’appliquerait pas sur son territoire l’accord de libre circulation des personnes et des biens, signé en juin à Libreville et qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2014 dans l’espace de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Se sentant libre de tout engagement, le président Teodoro Obiang Nguema décide donc de différer l’application de ce texte, qui prévoyait de supprimer l’exigence de visas aux frontières des États membres. Les capitales des pays voisins n’ont pas vu venir ce revirement. Pas plus que le président de la Commission de la Cemac, le Congolais Pierre Moussa, qui déclarait il y a une semaine dans J.A. “qu’à partir de janvier” il n’y aurait “plus de problème de visa pour les séjours de moins de trois mois”. Le coup est rude pour cette organisation sous-régionale qui entamait sa phase de redécollage après la crise centrafricaine. En plus de fragiliser l’esprit communautaire, cet épisode fâcheux va davantage saper la confiance : on sait désormais qu’une mesure, même solennellement adoptée en conférence de chefs d’État, peut être unilatéralement remise en cause. Qui est le plus à blâmer dans cette affaire ? s’interroge un cadre de la Cemac. Les présidents qui ont pris le risque de voir leur autorité se déprécier, ou les experts qui, par manque de courage, les ont laissé aller plus vite que la musique en fixant l’échéance au 1er janvier alors que ce délai était manifestement impossible à tenir ?

 

 

Les commentaires sont fermés.