Modern technology gives us many things.

Africa N°1 réduite au silence depuis trois jours

africa n°1 Gabon-La radio gabonaise à vocation panafricaine Africa N°1 n’émet plus depuis mercredi dernier suite à l’arrêt des prestations de l’opérateur satellitaire Eutelsat qui relaie le signal de ses émissions, a constaté APA,vendredi à Libreville, la capitale gabonaise.

La station est redevable de 36 millions de FCFA à son fournisseur, a indiqué une source proche de la radio, ajoutant que la situation pourrait se normaliser dans les prochaines heures puisque la somme est disponible.

Seules les lourdeurs administratives retardent le déblocage des fonds, a précisé l’Administrateur Directeur Général (ADG) d’Africa N°1, le Libyen Bashir Ali Abubaker.

En mai 2011, Eutelsat avait déjà coupé le signal qui permet à Africa N°1 de diffuser ses émissions, eu égard à l’obsolescence de ses émetteurs basés à Moyabi, dans le sud-est du Gabon.

Evaluée à l’époque à 200 millions de FCFA, la dette due à l’opérateur satellitaire a considérablement diminué, signe des efforts déployés par le gouvernement gabonais pour maintenir Africa n°1, confrontée à d’énormes difficultés depuis l’avènement de la modulation de fréquence.

Celle-ci a entrainé le retrait, en 2001, de derniers clients en ondes courtes de la satation, notamment Radio France internationale (RFI), la radio suisse Romande et la radio japonaise NHK.

L’arrivée de la Libye dans le capital n’a rien changé à la situation financière difficile de la première radio francophone du continent africain qui a célébré ses 30 ans d’existence le 7 février 2011.

Entrée dans le capital de la radio panafricaine en 2006, la Libyan Jamahirya Broadcasting a pris son contrôle un an plus tard, en 2007, avec 52% des parts contre 35% pour l’Etat gabonais et 13% pour des privées gabonais.

Depuis son rachat par le groupe libyen, Africa N°1 n’est toujours pas sortie de la zone des turbulences. Ses difficultés se sont même accentuées avec la crise qui a éclaté en Libye en février 2011.

L’Etat gabonais a été obligé de prendre ses responsabilités, pour maintenir les emplois, en dépit du détournement de plusieurs milliards de FCFA destinés à redresser la société.

Seule l’antenne française d’Africa N° 1 est toujours opérationnelle, qui diffuse uniquement dans la région parisienne.

Les commentaires sont fermés.