Modern technology gives us many things.

Affi N’guessan explose : la Cpi est complice d’un complot contre Gbagbo

pascal affiEn déplacement au Burkina Faso, le président du Front populaire ivoirien (le FPI, parti de Laurent Gbagbo), Pascal Affi N’Guessan, s’est livré aux questions d’ quotidien burkinabé “Le pays”. Dans cet entretien, Pascal Affi Nguessan considère que la CPI doit libérer Gbagbo faute de charge. Pour Affi Nguessan, si la CPI persiste et signe dans le maintien en détention de leur leader, cette institution serait complice d’un complot contre Gbagbo : « la CPI elle-même, à l’issue de l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges, a conclu qu’il n’y avait pas d’éléments substantiels pouvant donner à croire que l’ex-Président Laurent Gbagbo a commis des crimes qui lui sont imputés. Nous disons que s’il n’y a pas d’éléments, il faut libérer Laurent Gbagbo, parce qu’on ne peut pas maintenir une personne en prison alors qu’on n’a pas d’éléments substantiels prouvant qu’elle a commis des crimes. Si la CPI ne le libère pas, c’est comme si elle se rendait complice d’un complot visant un adversaire politique. Une autre raison, c’est que le pouvoir refuse une justice internationale impartiale, puisque l’ex- Président Laurent Gbagbo n’est pas le seul sur la liste des personnes faisant l’objet de poursuites par la CPI. Il a même décidé dernièrement de ne plus coopérer avec la CPI et de ne plus livrer d’Ivoiriens où qui que ce soit. Maintenant que le pouvoir s’est débarrassé de Laurent Gbagbo, il veut arrêter les procédures pour éviter à ses partisans de comparaître devant cette juridiction, et si la CPI ne le relâche pas, elle se rendrait complice de la justice des vainqueurs. Et si nous sommes dans la logique de la réconciliation nationale, elle ne peut pas se faire sans la présence d’un acteur aussi essentiel que l’ex-président Laurent Gbagbo qui a géré le pays et est impliqué dans la crise post-électorale. Il est donc bon que tous les fils de la Côte d’Ivoire se retrouvent sans exclusivité, pour se parler, s’entendre et prendre un nouveau départ ».

Xibaaru & le Pays

Les commentaires sont fermés.