On va vers la fermeture du groupe scolaire Yavuz Selim si l’Etat ne lâche pas du lest. Toutes les solutions proposées se sont vues rejetées par les deux parties, que ce soit celle du gouvernement (administration provisoire) ou de la direction de l’école (sénégalisation du collège Bosphore).

Attendu sur la question, le chef de l’Etat Macky Sall n’a pas fourni des explications convaincantes pouvant valablement expliquer la décision de fermer cette école dont la qualité de l’enseignement est vantée partout. A en croire le président de la République, c’est la Turquie qui a demandé la fermeture de l’établissement du fait des activités liées au terrorisme dont est accusée l’association dirigée par Fethullah Gülen. Ainsi donc, après le coup d’Etat manqué contre Erdogan, l’on parle d’un rapport qui a été établi et qui a motivé le Sénégal à accéder à la demande d’Ankara.

L’on se demande vraiment ce qu’il y a dans ce rapport. Car, à Yavuz Selim, ce sont des Sénégalais qui y envoient leurs enfants. Ces derniers ne sont pas des terroristes à ce que l’on sache. Pourquoi l’Etat du Sénégal devrait accepter que la Turquie lui dicte sa conduite ? Où est la souveraineté nationale dans tout cela ?

C’est le chargé de Communication du ministère de l’Education, Mouhamadou Moustapha Diagne, qui a touché le fond du problème. « C’est le chef de l’Etat qui définit la politique étrangère. Il a la prérogative de choisir avec qui coopérer. Et dans ce dossier, le chef de l’Etat a tranché et a préféré l’Etat turc au groupe Yavuz Selim. Yavuz Selim, c’est 3 000 élèves alors que 13 millions de Sénégalais ont intérêt à ce que le Sénégal garde ses relations avec la Turquie. La Turquie, c’est plus de 100 millions de dollars (soit 50 milliards FCfa) dans le Pse. Et le chef de l’Etat ne va pas cracher dessus. Dans cette affaire, nous préférons la Turquie à Yavuz Selim. C’est désolant, mais c’est la réalité », a-t-il dit avant de conclure : « Dans cette affaire, nous préférons la Turquie à Yavuz Selim ».

A l’en croire donc, le gouvernement sénégalais à délibérément choisi de sacrifier l’avenir de 3000 élèves, sur qui leurs parents ont investis depuis le bas âges, pour 50 milliards de FCfa. Pour aller au bout de sa logique, M. Diagne devrait plutôt dire qu’on sacrifie l’avenir de 3000 élèves pour permettre à un Président d’avoir un bilan et espérer un second mandat. Si ce n’est pas triste…

PARTAGER