Modern technology gives us many things.

Affaire Toumba Diakité : « Il y a eu vice de procédure »

La robe noire explique : « Nous estimons, en vertu de la loi qui régit l’extradition au Sénégal, que M. Diakité a été entendu une semaine après son arrestation alors qu’il devait l’être juste 24 heures après. Comme en matière de procédure, toute violation des droits de la défense doit être sanctionnée, alors, la sanction, c’est l’annulation de la procédure et, conséquemment, la mise en liberté de la personne. C’est ce que nous avons demandé. »

En attendant le verdict de la Chambre d’accusation, Toumba Diakité reste « très serein ». Me Baba Diop : « Il se dit qu’il n’a absolument rien à se reprocher. Il ne le dit pas fortuitement. Dans le dossier, il y a des témoignages à décharge pour lui. D’ailleurs sur ce point, je suis pressé de voir le fond du dossier d’extradition (introduit par la Guinée). Parce qu’il ne suffit pas simplement de faire une demande. Il faut qu’il y ait par exemple une ordonnance qui puisse le renvoyer devant un tribunal correctionnel parce qu’au terme de l’instruction, il aura été retenu suffisamment de charges contre lui. Sinon, le dossier ne sera pas validé par la chambre d’accusation. »

La robe noire explique : « Nous estimons, en vertu de la loi qui régit l’extradition au Sénégal, que M. Diakité a été entendu une semaine après son arrestation alors qu’il devait l’être juste 24 heures après. Comme en matière de procédure, toute violation des droits de la défense doit être sanctionnée, alors, la sanction, c’est l’annulation de la procédure et, conséquemment, la mise en liberté de la personne. C’est ce que nous avons demandé. »

En attendant le verdict de la Chambre d’accusation, Toumba Diakité reste « très serein ». Me Baba Diop : « Il se dit qu’il n’a absolument rien à se reprocher. Il ne le dit pas fortuitement. Dans le dossier, il y a des témoignages à décharge pour lui. D’ailleurs sur ce point, je suis pressé de voir le fond du dossier d’extradition (introduit par la Guinée). Parce qu’il ne suffit pas simplement de faire une demande. Il faut qu’il y ait par exemple une ordonnance qui puisse le renvoyer devant un tribunal correctionnel parce qu’au terme de l’instruction, il aura été retenu suffisamment de charges contre lui. Sinon, le dossier ne sera pas validé par la chambre d’accusation. »

Source : Libération

Les commentaires sont fermés.