Modern technology gives us many things.

Affaire Khalifa Sall : « Les gens ont péché dans sa défense »

Dans cet entretien, Amadou Dia revient sur le dialogue politique, l’indépendance de la justice avec l’emprisonnement du maire de Dakar, Khalifa Sall et le problème foncier qui secoue la zone de l’Île Amorphil. Mais également, sur la polémique autour des 200 milliards de francs Cfa recouvrés selon l’ancien premier ministre, Aminata Touré.
Vous êtes un acteur politique, ancien de l’Alliance pour la République, un parti que vous avez quitté. Est-ce que vous pouvez dire à nos lecteurs, les raisons qui vous ont poussé à quitter le navire marron ?
C’est un peu aisé pour moi. Parce que, tout simplement, ça été un long cheminement. J’ai été dans l’Apr avant l’accession du président Macky Sall au pouvoir. Et, j’ai travaillé dans la convergence des cadres républicains. J’ai aussi milité très rapidement au niveau de la base, dans les localités. Parce que pour moi, ma conviction ce qu’il faut travailler au niveau de la base. Malheureusement, la manière dont le parti géré, sur des préférences, sur parfois des partis pris, pour des gens qui ne sont pas plus représentatifs que nous.  malgré le fait que nous avons signalé cela, malgré notre représentativité, on n’a pas voulu nous écouter. Nous avons estimé qu’il était préférable de partir et de travailler de notre côté. Sereinement. Sans dispute, sans querelle et essayer de montrer notre votre vision dans les localités pour le parti et pour le Sénégal.
A vous entendre, on a l’impression qu’il n’y a pas de démocratie interne au sein de l’Alliance pour la République ?
Vous savez la question de la démocratie aussi bien au niveau de l’Alliance pour l République que dans tous les autres partis. J’ai l’habitude de dire que quand on n’est pas en mesure d’instaurer une démocratie dans son parti, dans les comités et ailleurs, il est très difficile d’instaurer une démocratie à l’échelle nationale. Il faut savoir s’oublier soi-même, écouté les autres pour pouvoir être un bon démocrate.
Est-ce que ce n’est pas lié aussi au non structuration de la formation politique ?
Si l’on étudie les partis qui sont au nombre de 200, cette multitude de partis, il n’y a pas une formation, il n’y a pas de discussion. C’est parce qu’on est ami, on a été là au début, nous avons cheminé avec quelqu’un, on le connait, c’est un parent, un voisin et on veut faire de lui un responsable. Ce n’est pas ça. Quand on cherche poste électif, quand on va vers des élections présidentielles, législatives ou locales, ce sont des populations qu’on ne connait même pas qu’on va trouver et qui votent pour nous. Donc, ce n’est pas parce que, un tel est un parent, un cousin ou un parent proche qu’il faudra l’imposer à une structure. Il faut savoir poser la démocratie et former les gens dans cela. Amener tout un chacun dans son parti à comprendre qu’on est un militant, qu’on peut être leader mais aussi on peut aussi ne pas être un responsable dans le parti et travailler pour le parti et pour son pays.
Justement, cette question avait été posée aussi par l’ancien ministre, Thierno Alassane Sall qui a eu a dénoncé ce comportement
Je crois quand même qu’il a fustigé un comportement. Il a dénoncé certaines pratiques. Il a été président des cadres républicains pendant très longtemps. Je crois que le débat, on aurait dû le posé à l’intérieur du parti. Et, les gens l’on posé. Ils ont souhaité avoir un débat honnête, sérieux et profonds dans ce parti et au niveau même de la convergence des cadres, dans des structures. Ce même problème, on va le retrouver dans tous les autres. C’est une question de mentalité. J’ai tiré la sonnette d’alarme depuis 2012. J’ai attention, il y avait des dérives, des exclusions, des préférences et il fallait corriger. Quand notre ami, Thierno Alassane Sall a quitté tout récemment, c’est vrai qu’il y a eu des éléments qui font que…mais ça toujours été dans le parti. Les gens ont toujours dénoncé cela. Il y avait une vingtaine ou une trentaine de personnes qui étaient là et qui disent, nous nous sommes là, nous n’écoutons même pas les autres. Quand on regarde la structure des cadres, c’était à un moment donné de centaines et de centaines de personnes. Je crois aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui ont croisé les bras parce que tout simplement, ils ne sont pas considérés. Quand on quitte, on s’engage. Ce qu’on a besoin aussi d’être écouté. C’est cela un parti. C’est une plateforme dans laquelle les gens discutent, élaborent quelque chose, partagent une vision et ensuite on corrige également. En cours de route, il y a des options qui ont été prises, on se rend compte que ce n’est pas bien. Il faut savoir s’arrêter, réfléchir et réorienter les choses.
Quel commentaire faites-vous par rapport aux 200 milliards de francs Cfa recouvrés selon l’ancien premier ministre, Aminata Touré ?
Le reproche qu’on fait à nos gouvernants, ce qu’on parle toujours de transparence mais rien n’est transparent. On parle de certaines choses et quand on utilise certains éléments, c’est comme des slogans. C’Ets pour paraitre et faire plaisir à des gens. Aujourd’hui, pendant très longtemps, les gens sont partis à des procès. Ils ont fait des enquêtes, les gens sont partis un peu partout mais le résultat infinie pour tous les sénégalais, ce qu’il n’y a rien de clair. Donc, aujourd’hui, on nous sort ces 200 milliards de francs Cfa ; on le calcul d’une certaine manière. Et, ce sont les tenants du pouvoir. Et, même parmi les tenants du pouvoir, il y a des gens qui ne partagent pas ce point de vue. Je crois qu’on aurait dû avoir une lecture très transparente de cette affaire. Parce que, c’est l’argent du contribuable. On aurait dû avoir une situation très claire et c’est dommage.
Justement, nous avons entendu le président de l’assemblée nationale, Moustapha Niass que son institution n’a jamais voté une loi de finances rectificatives dans ce sens. Est-ce que ce n’est pas problème de coordination au sein du pouvoir ?
Il y a un problème de transparence. Quand on parle de transparence, il faut qu’elle soit érigée dans un système d’Etat. Quand on a des institutions par exemple le président de l’Assemblée nationale qui dit qu’il n’est pas au courant, logiquement, on aurait dû aujourd’hui, publier tout ce qui a été récupéré. Parce que, quand il a fallu faire un procès, il y a eu quand même pas mal de bruits. Les gens ont parlé dans la presse et un peu partout. On s’attendait quand même à voir quelque chose de plausible et de solide. Mais aujourd’hui, force est de reconnaitre que les sénégalais se posent beaucoup de questions par rapport à cela. Peut-être qu’on a récupérer quelque chose mais à partir de ce qui avait été annoncé au début jusqu’à ce qu’au point final. Je crois qu’il y a des zones d’ombre, des points d’interrogations. Et, il serait bon que la transparence soit érigée dans un système d’Etat.
Les avocats de l’Etat qui défendaient ce dossier réclament leur due par rapport à cette somme. Quel est votre commentaire ?
Quand vous faite travailler quelqu’un et qu’on est d’accord sur certaines conditions, satisfait ou pas satisfait, à partir du moment où on a donné une mission à quelqu’un, la question c’est « est ce qu’ils ont défendu l’Etat ? ». Est ce qu’ils ont défendu les intérêts de l’Etat ? S’ils l’on fait, on doit les payer. S’ils ne l’on pas fait, il faut aussi apporter des preuves qu’ils n’ont pas fait leur travail. Je crois que, quand on a discuté avec quelqu’un sur des conditions, il faut savoir respecter les termes d’un contrat pour se faire respecter. Que ce soit par un individu à plus forte raison un Etat. L’Etat doit savoir respecter ses engagements. S’ils ont accomplie leur mission, on doit les payer. Maintenant, s’il y a des failles, il faut les signaler pour permettre une discussion. Dans tous les cas, quand on a parlé de rémunération, il faut savoir payer les gens.
On a vu que la Crei à cibler plusieurs personnes mais au finish, c’est Karim Wade qu’on a pu entendre, le reste de ces personnes semble être oublier. Aujourd’hui, on a le cas de Khalifa Sall. Est-ce que vous ne pensez pas c’est une question politique ?
Politique, cela dépend toujours du côté où l’on se positionne. Politique, c’est quand on dit par exemple que le Chef de l’Etat a des dossiers qu’il gère, qu’il n’a pas transmis à la justice. En ce moment, le fait d’engager des procédures contre Khalifa Sall, parce que pour la reddition des comptes, dire qu’en ce moment on parle de caisse d’avance mais c’est toujours une reddition des comptes. Donc, envoyer Khalifa Sall devant la justice ne pas envoyer d’autre, c’est cela la politique. Quand on parle de reddition des comptes, c’est pour tout le monde. Pour ceux qui sont avec nous et pour ceux qui sont contre nous. Il faut qu’au niveau de l’application même de la justice et du droit que les gens sentent que ces principes sont aveugles. Qu’on ne choisit pas untel ou untel par rapport à la couleur de son manteau. Je crois quand même qu’il faudra, parce qu’on met en avant les intérêts de la national, des localités et en ce moment les deniers publics. Je crois qu’il faudra envoyer tout le monde ou ne pas choisir les gens qu’on envoie.
Khalifa Sall qui était avec le pouvoir depuis 2012, il a été maire depuis 2009, on a l’impression que Khalifa a été épinglé ou envoyer à la justice depuis qu’il a commencé à dire non au choix de son leader, Ousmane Tanor Dieng d’offrir le Pse à l’Apr. Certains disent que s’il était resté dans la mouvance présidentielle, il ne serait pas inquiéter. Est-ce que ce n’est pas une raison ?
Quand on parle d’une coloration politique de cette affaire, ce qu’on pense que s’il était resté dans Benno Bokk Yakkar, s’il n’avait pas affiché des ambitions présidentielles, peut-être qu’on n’aurait pas transmis son dossier. C’est là en fait l’aspect politique. C’est-à-dire donc, qu’il n’aurait pas montré qu’il veut être candidat en 2019, il n’aurait pas en fait, fait une cassure dans son compagnonnage avec Tanor et dans Benno Bokk Yakkar, il ne serait pas poser aujourd’hui comme un adversaire qui pourrait déranger. C’est au niveau de cet aspect qu’on que ça peut avoir des relents politiques. S’il était resté tout sage à l’intérieur de Benno Bokk Yakkar, s’il avait dit qu’il allait soutenir le président en 2019, il n’aurait pas été inquiété. C’est à ce niveau qu’on parle de politique. Peut-être que si l’on va dans le droit, cela peut être autre chose. Mais s’il était sous le giron du président, de Benno Bokk Yakkar, s’il s’entendait avec Tanor, je ne pense pas aurait été devant la justice.
Il y a une justice sélective par rapport à ce dossier parce qu’il y a d’autres dossiers
C’est cela qui le met mal à l’aise en ce moment. Parce que quand les gens fustigent sa politique. Quand il dit qu’il veut une transparence, il veut la justice pour tous, les gens peuvent ressortir des dossiers qui n’ont pas été transmis. Je crois que c’est cela le blocage. Parce que, à partir du moment où l’on choisit de protéger certains, forcément ceux qui sont inquiétés diront « pourquoi nous ? Pourquoi pas les autres ? » . Pourquoi pas tout le monde ensemble ? C’est cela la question. Ils ont communiqué pour dire une liste mais on n’est pas aller au fonds. On n’est pas allé au bout des choses. Donc, il ne fallait même pas commencer. A partir du moment où on ne va pas au bout des choses, il ne fallait pas commencer. Il y a cela. Après, on a vu des gens qui ont été annoncé vers la Crei et qui se retrouvent aujourd’hui, dans la mouvance présidentielle et qui ne sont pas inquiétés. Au contraire, ils gravitent même les échelons plus vite que des gens qui ont accompagné le président avant qu’il ne soit président de la république. Cela pose beaucoup de questions. Il y a beaucoup de points qui ne sont pas clairs et qui poussent les gens à dire tout simplement que tout est politisé. Quand on veut gérer sereinement un pays, il faut éviter que la politique prime sur tout. Il faut faire en sorte que la justice puisse fonctionner correctement et librement. Que les gens sentent qu’il y a l’équité et l’équilibre. C’est cela qui fait accepter les décisions de justice. Parce que, quand on sent qu’il y a des partis pris, qu’il y a une inclinaison vers tel ou tel où on protège telle ou telle personne, il est difficile d’accepter une décision de justice. Malgré tout, elle va s’imposer aux gens. Mais nous avons aussi cette liberté. C’est à nous, notre pensée, notre sentiment, le cœur et l’esprit de dire que « peut-être que nous avons été condamné injustement » et peut être que le dossier a été traité de manière injuste. Je crois qu’on gagnera à redonner à notre justice leurs valeurs pour que les gens puissent les respecter correctement.
Khalifa Sall, député à l’Assemblée nationale, il aurait dû être libéré selon vous ?
Khalifa a été arrêté avant. Il était devant le juge d’instruction. Il n’était pas député. Quand les gens ont déposé sa candidature, il a pu être candidat. Parce qu’effectivement, il n’était pas condamné. Donc, à partir de ce moment, il a toujours cette présomption d’annonce. N’étant pas condamné, il était électeur et éligible. Donc, à ce niveau s’ils avaient refuge sa candidature, saurait été le tollé ; en ce moment, on aurait crié l’injustice et ensuite aussi, la violence même du droit. Arrivée, après, il a gagné les élections. Il a gagné, il est député. En ce moment, il était toujours sous le coup d’une instruction qui durait un certain temps. Même si ça été prolongé parce que les avocats aussi, ont eu à faire des recours. Je crois que le juge d’instruction, en regardant le code pénal, suivre les chefs d’accusations qui sont portés contre lui, avait les mains liées. Il ne pouvait pas donner une liberté conditionnelle. Parce que c’est dit quelque part, il faudrait que les sénégalais puisse aller même, dans Google, aller chercher le code pénal, les articles et les lire pour savoir en fait, est ce que le juge d’instruction avait le droit de refuser une liberté conditionnelle à Khalifa Sall. Je crois qu’en ce moment, il allait être clair que ce quelqu’un qui avait été arrêté avant qu’il ne soit député, qui au moment où ont accepté qu’il est député, il est au parlement. C’est vrai qu’en ce moment, si la question de le libéré devrait être automatique ou pas. Je ne pense que cette libération devrait être automatique. Les avocats ont appris le droit. Je crois qu’aussi, dans ce débat, il faut savoir dépassionner certains points et lire le droit. Dire ce que le droit dit et faire comprendre aux gens que c’est cela. S’il y avait cette caution et qu’on lui aurait refusé la sortie, je crois qu’on aurait pu fustiger cela.
Il y a une polémique par rapport aux déclarations des deux ministres de la justice. Sidiki Kaba qui disait que Khalifa Sall n’avait pas une immunité parlementaire, son remplaçant Madior Fall revient et demande la levée de l’minuté parlement. Y a –t-il pas une contradiction ?
Oui, il y a une contradiction à partir du moment où deux ministres de la justice disent que, untel dit qu’il n’a pas l’immunité parlementaire, l’autre demande à ce que son immunité soit levée. Je ne pense que le dernier ministre de la justice, qui en fait, a fait lever cette immunité parlementaire. Parce qu’on ne pouvait pas refuser  l’immunité parlementaire.
Mais là, est ce que Khalifa Sall ne devrait pas être libéré conditionnellement pour pouvoir défendre son dossier en tant que député lors de la levée de l’immunité parlementaire ?
Au niveau de la levée de l’immunité, on aurait pu l’entendre. Je crois que l’entendre, c’est soit là où il était ou via au niveau du parlement.
Ce qui n’a pas été le cas 
Cela n’a pas été fait pour une raison ou une autre. Ils n’ont pas communiqué sur tout cela. Ceux qui auraient dû aussi défendre certains principes ont préféré bouder. Ils sont sortis, il ne fallait pas. Mon ami Me Madické Niang qui est sortie. Je pense qu’il aurait dû rester. Parce que vous savez, la politique de la chaise vide ne règle rien du tout. Il faut savoir être présent, argumenter même si on sait que c’est cela mais on argumente pour le futur.
Est-ce que ce n’est pas par rapport à la majorité. Parce que, même s’ils disent des choses, les gens ne prendront pas en compte
En ce moment, ce n’est pas la peine d’aller à l’Assemblée nationale. Parce qu’il y a une majorité qui est là, mécanique. Parce qu’ils sont majoritaires, Benno Bokk Yakkar. Et, avec d’autres, ils sont là. Donc, si l’on dit qu’il y a une majorité mécanique qui va toujours décider, en ce moment, ce n’est pas la peine d’aller à l’Assemblée nationale. Je crois que, même si on est deux ou trois députés, comme au temps du grand Pds, on avait quand même dans le groupe parlementaire, les gens écoutaient les interventions du président du groupe parlementaire. Il y avait Ousmane Ngom et les autres qui argumentaient. Donc, le débat était élevé au niveau de l’Assemblée. Si on dit que les autres ont la majorité, je n’y vais pas, cela veut dire qu’on n’ira pas dans les conseils municipaux et à l’Assemblée. Parce que, tout simplement, ils ont la majorité. C’est le sénégalais qui n’a pas compris. Lui en votant, il donne tout au parti au pouvoir. Et, le parti au pouvoir ayant les moyens fait tout pour avoir le maximum de représentants au niveau de l’Assemblée pour mener une certaine politique. Je crois que, c’est à ce niveau qu’il faudra encore ce battre davantage pour changer la mentalité des sénégalais, les électeurs.
Khalifa Sall est en prison, c’est vrai, mais il a donné une caution pour sa libération conditionnelle. Aujourd’hui, on refuse encore cette caution, les gens pensent que c’est un otage politique. Puisque d’autres l’ont fait et ont été libéré. Et, pourquoi pas Khalifa ?
Pour la caution, ils ont dit que c’était des biens. Donc, des immeubles, des maisons etc. donc, quand on dit que cela a telle valeur, il faut toujours contre expertiser. Parce que, nous on peut estimer que notre maison a une valeur de 400 millions de francs Cfa et un autre qui est expert immobilier ou les gens qui travaillent peuvent estimer que ça une valeur moindre. Au moment où le cautionnement a été fait, pas sur de l’argent liquide mais sur des biens, c’était plus facile pour l’agent judiciaire de l’Etat d’être devant de l’argent liquide et de pouvoir compter. Mais quand ce sont des maisons, on va chercher la contrevaleur. Le seul reproche que je fais, c’est dans la démarche. Si j’étais quelqu’un qui devrait conseiller la famille de Khalifa, on aurait pu cautionner depuis le début. Et, en ce moment, on aurait dit que nous contestons les valeurs que vous nous avancer. En ce moment, la famille aurait soumis les dossiers à des experts immobiliers de telle sorte qu’ils auraient pu eu le temps de certifier la valeur. En ce moment, on n’aurait pas pu dire que quel que soit la valeur, nous voulons aujourd’hui, de l’argent liquide. Ensuite, me si l’on fait un autre raisonnement, c’est vrai qu’on dit pour certains on a accepté cela, pour lui on n’a pas accepté. Mais, la raison qu’ils avancent, c’est sur la valeur. Il faut expertiser la valeur. Il faut s’entendre sur la valeur. C’est 400 millions, 200 millions ou trois cent millions. Seul un expert immobilier aurait pu le faire. Est-ce que, au moment de cautionner les gens avaient pris les précautions pour anticiper sur tout cela ? Cela aurait permis encore une fois de rendre ce cautionnement irrévocable. On n’aurait pas pu parce que les experts ont travaillé dessus. Les experts sont des gens du métier, qui ont évalué. Donc, cela s’est fait tardivement ? Ce cautionnement. Et, cela a permis à l’Etat de dire que « nous ne voulons pas cela », c’est cela que nous voulons. Parce que déjà, l’immunité parlementaire de Khalifa était déjà levée. Ils étaient dans le tunnel du procès. Ils étaient très avancés. Donc, ils ont programmé le procès. Si le cautionnement était fait avant, les parents et les amis auraient eu le temps de rassembler cet argent. Parce que, on aurait demandé à une banque d’avoir la valeur, de donner l’équivalent en argent et garder ces maisons en garantie. Si on gagne le procès, on récupère son argent. Si on le perd, les banques ne perdent pas. Mais, je crois que les amis de Khalifa avaient bien communiqué, 1 milliards de francs. Si chacun avait donné 10 000 francs, c’est 180 000 personnes. Ensuite, si chacun avait voulu donner 50 000 francs Cfa, ça allait être 36 000 personnes. Je crois quand même que quelque part, les gens ont péché dans sa défense. On est parti, on à beaucoup parler. On a utilisé des slogans mais il fallait réfléchir sur la manière.
Est-ce que les ambitions politiques de Khalifa Sall ne gênent pas ?
Forcement cela gêne. Il gère une mairie, celle de Dakar. Il est parti avec sa liste, il gagne. Je regardais un peu ses résultats, quand j’ai vu, il n’a perdu en fait que dans certaines localités. Du coup, cela veut dire que c’est quelqu’un qui gêne. C’est un potentiel. Mais, ça aurait encore pour qu’il puisse gêner davantage, il fallait qu’il fasse un travail dans le Sénégal des profondeurs. Et, cela restait. C’est-à-dire que Dakar, c’est une menace. Hors de Dakar, cela pose un problème. Ce n’est pas tellement sûr.
Certains de ses militants disent que c’est sa sortie à Tambacounda, avec l’engouement de ses militants qui a poussé l’Etat à le mettre en prison
Vous savez, la foule qui suit un homme politique, ce sont les mêmes personnes qui suivent ceux de l’Apr, Pse, l’Afp. Parce que tout simplement, dès qu’il y a un cortège, des klaxons, la musique, les gens sortent et suivent. Donc, l’impact ce n’était pas à ce niveau surtout. Mais, peut-être, que dans la mentalité même des socialistes, certains pensent qu’il faut laisser simplement qu’ils aient un candidat. C’est leur esprit. Lui, il se positionne comme étant un candidat du parti socialiste. C’est normal. Il peut avoir ses ambitions. Si les autres ne l’ont pas, lui, il a le droit de l’avoir et il a le droit aussi de l’afficher. Maintenant, c’est entre moment où il a affiché et dans ce qui se fait, plus maintenant le dossier etc… Certains penseront que c’est parce que, il a montré en fait ce qu’il voulait, il a commencé à activer et cela a commencé à poser des problèmes. Je pense que Khalifa qu’on le veut ou non, il représente un poids sur l’échiquier politique. Aujourd’hui d’ailleurs, le fait de l’avoir arrêter à renforcer encore plus haut une popularité qu’il n’avait pas.
L’Ofnac parle de la corruption dans la gendarmerie, la police mais également des villes comme Sédhiou où il y a plus de corruption. Quel commentaire faites-vous ?
Je pense que l’Ofnac parle de corruption, elle ne fait que dire très haut ce que tout le monde voit. Il y a la corruption au Sénégal. On ne peut pas nier qu’il y a la corruption au Sénégal. Maintenant, quels sont les secteurs qui sont corrompus ? Je crois que le mal aujourd’hui, il est à tous les niveaux. Parce que tout simplement, il s’est érigé en système. Quand on veut quelque chose quelque part, on est obligé de passer par certains points pour le faire. Quand on est honnête, quand on se veut transparent, quand on a une charte d’éthique, on n’avance pas dans ce pays. C’est cela qui fait que les autres qui empruntent ces voies réussissent plus que ceux qui se veulent vertueux. A la limite, on est en train d’encourager les sénégalais à quitter la vertu pour aller vers le mal. Cela ne devrait même pas poser un tollé. C’est un problème qui est là. Quand les gens ont besoin de quelque chose, ils pensent toujours qu’il y a un moyen de passer à côté. De passer par derrière, par quelqu’un qu’on connait. C’est là le problème. Il faudrait en fait qu’on applique une justice sociale. Il faut qu’il ait une équité, qu’il ait cette même possibilité d’accéder aux moyens de l’Etat. Il faut que les gens arrivent à vivre décemment, et correctement. Mais aussi, il faudrait qu’il ait un cadre qui le permet. Parce que tout simplement, quand on a des droits à liquider parfois, on essaye d’amoindrir cela. Il faudrait qu’on dise que le système, c’est cela. C’est 2+2 égale 4. Vous payez 4. Donc, c’est cela qui devrait se faire.
Donc, selon vous l’Etat doit appliquer une justice sociale par rapport à ce problème de corruption ?
 
Absolument. Parce que, certains fonctionnaires sont trop puissants. Parce qu’ils décident de ce qu’ils veulent, quand ils veulent. Et ça, ils le savent. Je ne comprends même pas l’intervention du ministre qui essaye de défendre aussitôt. Je crois que, à sa place j’aurai demandé à avoir le rapport. J’aurai mis en place une commission, parce que déjà, dans ces corps, il existe des structures pour cela. Donc, ils auraient réfléchies. Mais, on ne peut pas parce que tout simplement, les gens ont fait un rapport, parce qu’on est ministre qui coiffe ses personnes aussitôt on les défend. Un responsable ne réagit pas comme ça. Quand on attaque vos éléments, prenez le soin de lire le dossier, de prendre connaissance, demander à vos agents de mener une enquête. Par rapport à cela, vous réagissez.
La réaction du ministre n’est-elle pas pour affaiblir l’Ofnac ?
Cela affaibli les institutions. S’il y a des organes pour faire un travail, choisis par le Chef de l’Etat qui se trouve derrière la constitution. Ces organes sont dans les rouages mêmes de contrôler, de prévenir contre ceci et cela. S’il Ya un rapport, on ne peut pas dire que le rapport, dès que je prends, j’entends parler de ce rapport, aussitôt je défends. A chaque fois qu’on dit que les gens qui sont avec moi ne font pas cela, demain on peut avoir une surprise désagréable. Je crois qu’il faut prendre le soin de regarder. S’il est avérer qu’il y a la corruption dans ces corps, c’est d’apporter des palliatifs et ensuite en le faisant on protège les vertueux. La tentation est là. Quand on gère, quand on est responsable, il y a une réaction qu’il faut avoir. L’Ofnac ne peut pas se lever et attaquer la police et la gendarmerie.
Le choix porté sur l’ambassadeur Saidou Nourou pour diriger la commission nationale sur le processus électoral. Est-ce un bon choix ?
C’est un bon choix peut être pour le président de la République, Macky Sall qui montre sa volonté de décrisper un peu le champ politique pour pouvoir discuter. Mais, est ce qu’on a discuté avec les gens  pour le choix ? Les gens ne refusent pas peut être Saidou Nourou Ba. Mais, le problème ce qu’il y a beaucoup d’éléments qui sont antérieures à cela qu’on n’a pas clarifier. La distribution des cartes, le fichier électorale, les élections passées. Les gens disent que nous n’avons pas confiance. Peut-être M. Ba peut-être bon, il peut être un bon diplomate mais est ce qu’il peut apporter une solution ? Aujourd’hui, l’état peut être gère une situation pour dire aux sénégalais, à l’opinion que moi je suis ouvert. J’ai tendu la main aux gens, j’ai mis même quelqu’un qui n’était du ministère etc. mais si l’on veut en fait la transparence, il faudra détacher les élections du ministère de l’intérieur.
L’opposition radicale dit émettre des réserves sur le choix de M. Ba
Le problème est que les gens n’attaquent pas Saidou Ba. Par exemple, Idrissa Seck dit qu’il peut être bon. Mais, le problème, c’est le cas des cartes d’électeurs. Les engagements qui ne sont pas respectés. Parce que, eux, ils n’ont pas confiance en des gens qui prennent des engagements et qui ne les respecte pas. Ils ne veulent être les dindons de la farce. Participer à un semblant de discussion ensuite sur le fichier, le dialogue social, cautionner cela et demain les gens prennent le contrepied pour dire que vous avez participé. En fait, les positions sont Rts éloignés. Les gens ne se parlent pas. Donc, il est très difficile qu’ils parlent. On ne voit même pas des éléments régulateurs qui peuvent les permettre de s’assoir pour discuter. Ils ont besoin d’abord, eux, que ce soit le président de la république, les responsables des partis politiques qu’ils s’assoient, qu’ils discutent et qu’ils vident certains problèmes. Cela n’affaiblit pas le président de la république. Il restera toujours le gardien de la constitution. Il sera toujours peut être le maitre du jeu. Mais, avec des cartes qu’il aurait reçues des autres. Il est nécessaire, fondamentale avant les élections présidentielles de 2019 que ces principaux leaders puissent s’associer pour arrondir les angles.
Justement par rapport aux cartes d’électeurs, vous avez participé aux élections passées, beaucoup de gens n’ont pas pu voter. Vous avez remarqué cela lors des élections ?
Oui je l’ai remarqué et fustigé. Il y a eu des gens qui se sont levés pour aller voter. Malheureusement qui n’ont pas pu le faire. Il y avait un groupe qui n’a pas pu voter. Nous nous sommes levés, on a discuté. Finalement, ils ont distribué pour certains. Les autres n’ont pas reçu. Après, il y a eu ceux qui avaient reçu leur cartes mais qui n’étaient pas sur le fichier. Ils sont arrivés mais ils n’étaient pas sur le fichier. Dans les bureaux de vote, ils étaient sensé voté, ils n’étaient pas là-bas. Donc, ils ne pouvaient pas voter. Nous avons appelé le sous-préfet, nous voulons trouver une solution, impossible. La décision de faire voter aussi avec d’autres pièces au dernier moment, ça pris de court l’opposition. Alors qu’on aurait dû avoir une certaine transparence. Depuis le début, on disait qu’on allait ne pas permettre aux gens de voter sans une pièce électeur. Après, c’est au dernier moment qu’on a choisi de le faire. Est-ce qu’on sait appliquer cette même rigueur quand on était Benno, pro pouvoir ou est ce qu’on a fait en sorte que cette information soit distillée au dernier moment, de manière à permettre uniquement aux gens qui étaient au pouvoir de pouvoir gagner les élections. Ce qui a fait que les opposants se disent tout simplement qu’ils n’ont pas confiance. Parce qu’ils essayent de nous mener en bateau. Ils essayent de nous tromper, de nous endormir encore pour revenir encore 2019, gagner. Je crois que le pays a une expérience politique et une expérience électorale. Il faudrait que les gens s’assoient, que les gens discutent et que ceux qui sont dans l’opposition sentent en fait que tout est transparent. En ce moment, quand on fera des élections, les autres ne pourraient pas dire que voilà, c’est parce qu’il y a ceci et cela. C’est dommage que des sénégalais n’aient pas pu avoir leur carte d’électeur. Ils ont fait la queue un peu partout. On les a vues passer des journées entières pour avoir des cartes d’électeurs.
Certains ont trouvé leur carte hors de leur zone
Un problème de dispatching, ils auraient pu régler cela. L’Etat, l’administration a suffisamment d’effectif pour pendre les gens qui vont trier. Ils auraient pu faire tout en un temps court pour permettre aux gens de travailler. Mais, à condition que les gens veuillent travailler. Des élections, quand on les organise, il faut les organiser bien pour que ça se passe très bien. Et après, qu’il n’y ait pas de contestations. Il y aura des contestations mais pas des contestations majeures. Parce que quelqu’un qui est battu dans une localité, qui pensait gagner va toujours dire que non c’est comme ça. Des cartes d’électeurs qui se trouvent dans une autre localité, ce n’est pas normal. Nous avons suffisamment de fonctionnaire qui est aptes pour permettre un bon acheminement, si la volonté est là. C’est un problème de volonté, d’engagement et de vouloir faire en sorte que tout ce qu’on obtient demain ne soit pas contesté.
C’est quoi la réalité du problème foncier dans votre commune ?
Le problème, c’est au niveau du maire qui dit que c’est un projet présidentiel. C’est un problème qui vient d’en haut. Que c’était pour permettre aux gens de pouvoir travailler pour obtenir l’autosuffisance en riz. Mais, dans cette zone déjà, les gens cultivent du riz dans les cuvettes. On ne peut pas faire des concessions à des étrangers. Donc, ce ne sont pas des concessions qui sont faites à des étrangers. Les citoyens, les villageois cultivent, ils produisent du riz. Quand on a voulu donner une concession aux marocains, pendant 40 ans renouvelables, et ensuite pour nous dire que c’était sur 2 milliards de francs Cfa. Chaque année, on aurait eu 50 millions de francs Cfa. Mais 50 millions peut être en investissement pour régler certains problèmes. Nous avons dit non. Parce que c’est pour appauvrir davantage les populations. Leurs activités, c’est de produire et de cultiver. Et, cela leur donne une certaine indépendance parce que tout simplement, ils ont des moyens de régler leurs problèmes. Après une concession, tout est fermé. Les gens ne passent. Dans l’Île Amorphil, c’est une zone qui est enclavée. Il faut traverser des cours d’eau pour aller sur la route nationale et beaucoup de kilomètres qu’il faut parcourir. Donc, c’est difficile. Ce qui veut dire que s’il y avait 25 000 habitants qui sont actif, on a 25 millions. Deux fois 25 millions, cela nous donne 50 millions. Pour les écoles, les postes de santé, il appartient à l’Etat de les faire. C’est l’Etat qui doit veiller à la santé des populations. Il ne faut qu’on donne des terres aux autres et que ceux qui ont toujours vécu, les propriétaires qui vivent de ces terres deviennent des ouvriers agricoles. Tout le monde sait que l’agriculture est mécanisé, motorisée après on arrivera à un moment où on aura plus besoin de mains d’œuvre. Il faut une condition d’accès beaucoup plus favorable au crédit. Parce que, quand les gens ont accès au crédit on leur demande aussitôt à la récolte de tout payer. Ce qui fait qu’on paie avec tout ce qu’on a. après on ne vit pas. Ce qui fait que les jeunes viennent à Dakar. Le projet n’apportait pas de bien être, il apportait la pauvreté. C’est aussi une autre manière d’asservir les populations. Parce que ouvrier agricole, après la culture, et même notre culture, on est changé. Ça aurait changé tout ce que les gens avaient fait. Aujourd’hui, on cultive, on a au moins un peu. Demain, la terre appartient à un autre qui vous dit que vous ne passez pas. Partout, ou le Sénégal a fait des concessions, les gens n’ont pas pu régler ces problèmes. Il faut que l’Etat réfléchi sur les moyens de faire exploiter les terres par les populations. Ensuite les encadrer parce que c’est possible. Ce que nous voulons ce sont des moyens. L’Etat peut nous donner ces moyens.
Suppression de la taxe sur l’arachide peut aider les agriculteurs ?
Le faite de dire que je vais enlever la taxe va sauver cette campagne. Parce que c’était prévu depuis le 1er décembre. Jusqu’à présent, il y a du retard. Les agriculteurs, les populations ne vivent que de ça. Donc, si l’Etat n’achète pas, si on n’a pas organisé la vente de ses produits, ils vont le ventre à un prix bas. Mais, il faudrait aussi que l’Etat communique avec les agriculteurs. Parce que, c’est vrai qu’ils paient rapidement et paie mieux mais le problème ce que dans les transactions financières, tout est fait à l’étranger. Du coup, il n’y a rien pour le Sénégal. Quand on dit que pour l’exportation, on ne paie pas le droit de douane, avant c’était dans l’esprit parce que quand vous exporter vous êtes payé au Sénégal. Donc, vous avez des rentrées de devises. Mais, dans les transactions aujourd’hui, de l’arachide, dans la manière d’exporter tous les paiements sont domiciliés dans d’autres banques, dans d’autres pays. Il faut essayer de faire comprendre aux paysans que cet argent, s’il était revenu peut aurait pu permis de financer quelque chose. Il y a eu un problème de communication. Il faut qu’on niveau de l’Etat qu’on puisse réfléchir pour qu’au niveau de ces transactions qu’on puisse récupérer de l’argent. Mais pas sur l’agriculture qui est déjà pauvre. Pas sur le producteurs qui a des difficultés pour joindre les deux bouts.
La criminalisation du vol de bétail. Cela facilitera l’élevage au Sénégal ?
Je crois qu’il faut éviter… quand il y a eu la loi sur la drogue, les gens disent que les prisons sont pleines parce que tout simplement, quand il y avait des sanctions c’était utiliser comme un crime. Donc, on va remplir les prisons, d’autres il y a des conflits parce que tout simplement on a un problème avec quelqu’un on l’accuse. Il faut faire attention sur l’application de la loi. C’est quand on dit par exemple qu’on va criminaliser, il faut éviter les abus. Il faudrait qu’on pense à avoir une conception de pâturage pour lesquelles les troupeaux seront dans des enclos, ou les gens pourront biens surveillé. Comme dans les autres pas où les animaux ont des GPS pour localiser les animaux. Nous avons un problème de pâturage. Quand les bêtes parents, ils sont dans la nature. Quelqu’un qui est véreux peut toujours les voler. On va accentuer la peine mais après ce sont les mêmes. Les gens qui ont des parentés, il faut éviter de gérer sur la base des slogans. Le mal est très profond.
Quelles sont vos ambitions ?
Es ambitions, elles sont très grandes ; d’abord j’ai été sur une kite pour aller au parlement mais Dieu n’a pas voulu. On a eu un seul député, Theodore Cherif. Il nous représente au niveau de l’Assemblée. Ensuite c’est de briguer la mairie pour pouvoir mettre en œuvre ma vision.  Ensuite si ce n’était pas les cautions élevés, j’aurai été aussi candidat aux élections présidentielles. Il faut revoir la caution pour la présidentielle. Parce que certains sont arrivés, ils ont dit qu’on va mettre la barre très haute pour exclure les gens. Mais, ceux qui ont les moyens ne sont pas plus, honnêtes, plus aptes pour diriger le pays. Mais ils ont des moyens pour exclure les gens. Ce qui pose le problème de la réussite de la politique, de la démocratie ; parce que, avec les cautions, on exclut beaucoup de gens.
infosdakar

Les commentaires sont fermés.