karim wade 6Le président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme, Assane Dioma Ndiaye, voit dans la seconde inculpation de Karim Wade, la énième illustration des entorses aux droits de la défense dont la CREI est, selon lui, intrinsèquement porteuse. Toujours pour le droit de l’hommiste ‘dans cette affaire, il ne faudrait pas instrumentaliser la justice à des fins politiques’ : « Sur le plan du droit, c’est incongru. Le délit d’enrichissement illicite s’attache à un patrimoine, considéré comme général et indivisible. Quand vous êtes suspecté d’enrichissement illicite, vous vous devez de justifier l’origine licite de ce patrimoine pris dans son intégralité. En admettant que la personne inculpée ait dissimulé certains éléments au stade de l’enquête préliminaire ou de la mise en demeure, cela n’ouvre pas droit pour autant à une deuxième inculpation car il s’agit toujours du même patrimoine. Pour les magistrats, la découverte d’éléments dissimulés représente une charge supplémentaire contre l’inculpé, pas un nouveau délit. Tous les juristes que j’ai entendu s’exprimer sur la question sont d’accord pour dire qu’on ne peut fractionner les poursuites et qu’il ne saurait y avoir deux inculpations distinctes pour un même patrimoine. Dans cette affaire, il ne faudrait pas instrumentaliser la justice à des fins politiques. S’il s’avérait que cette deuxième inculpation est une manœuvre visant à contourner le délai de six mois au terme duquel Karim Wade devrait théoriquement être libéré, ce serait un rude coup porté à l’image d’indépendance de la justice sénégalaise. Ni la légitimité du but poursuivi ni l’animosité que l’on peut éprouver vis-à-vis de la personne soupçonnée d’enrichissement illicite ne saurait justifier de telles pratiques. La CREI est en train de déstructurer notre droit positif. C’est la pérennité de l’État de droit que nous défendons ».

J.A

PARTAGER