Modern technology gives us many things.

Affaire Habré : le procès sera diffusé en direct sur toutes les télés du monde

 

habré prisonLes autorités sénégalaises et tchadiennes sont favorables à une retransmission radiotélévisée du procès de l’ancien président tchadien Hissène Habré, pour une plus grande transparence des débats, a annoncé, mercredi à Dakar, le ministre sénégalais de la Justice Me Sidiki Kaba. « Ce procès s’il doit avoir lieu, car c’est au cours de l’instruction que les juges peuvent prendre des décisions, qu’il y a des charges suffisantes pour renvoyer le dossier et si donc il doit y avoir procès, nous anticipons et voulons que ce procès soit un procès radio télévisé », a-t-il dit.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, en présence de son homologue tchadien Jean Bernard Padaré, le ministre sénégalais de la Justice Me Sidiki Kaba a déclaré que le tout est de voir quels organes de presse du Sénégal et du Tchad peuvent être chargés de cette retransmission en direct.

Une délégation tchadienne était également présente à cette rencontre avec les journalistes dont le thème s’inscrit dans le cadre du « renforcement de la coopération judiciaire entre les deux pays ».

Les échanges portaient sur un protocole d’accord modifié entre les deux pays, dans le cadre de l’affaire Habré, du nom de l’ancien président tchadien poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Selon Me Sidiki Kaba, « la question fondamentale (en lien avec l’affaire Habré) c’est l’appropriation de ce procès aussi bien par les Sénégalais que par les Tchadiens ».

Avec un procès radiotélévisé, a-t-il soutenu, « nous aurons la capacité de faire en sorte que tout le monde comprenne de façon assez précise ce qui se passe au niveau de Dakar et l’affirmation de notre volonté qu’un procès juste et équitable se passe à Dakar ».

Concernant la convention signée entre les deux pays en mai dernier, Me Kaba a fait état de son « entière satisfaction pour le moment », estimant toutefois que « des dispositions peuvent être améliorées » pour plus de transparence.

Il a dit que la visite de son homologue tchadien devrait permettre de dégager certains principes suivant lesquels les Chambres africaines extraordinaires créées au sein des juridictions sénégalaises devraient pouvoir organiser « un procès juste et équitable pour toutes les personnes qui seront impliquées dans le cadre de la convention qui a été signée entre les deux parties (…) ».

Me Sidiki Kaba a également révélé que la visite du ministre tchadien de la Justice a permis pour les deux parties de préparer un prochain sommet prévu sur le sujet, en décembre à Paris, au cours duquel il s’agira d’échanger avec les ministres de la Justice de l’espace francophone, « pour voir dans quelle mesure il faut lutter contre les crimes internationaux » et ensemble harmoniser les différentes positions dans ce domaine.

Les commentaires sont fermés.