Modern technology gives us many things.

Abdoulaye Kébé du COJER de Dagana: “notre ville a été oubliée par l’Etat”

dagana Abdoulaye Kéké cojerLe crépuscule des imposteurs jouisseurs...Par Abdoulaye Kébé (photo)

L’heure de l’alternative salutaire a sonné dans notre ville. Tous les clignotants sont au rouge vif annonçant le crépuscule du triste règne de la « dynastie ». La sanction populaire est inéluctable pour rappeler aux dirigeants arrogants, hautains et d’une incompétence avérée que le peuple est le seul détenteur légitime du pouvoir. Le maire absentéiste n’a semé que du vent , Eh bien, il est entrain de récolter la tempête. La «  dynastie » est prise par une peur bleue. Désemparée et désarmée, elle marche maintenant par la tête. Des rencontres nocturnes aussi stériles qu’inutiles sont improvisées à Dakar comme à Dagana pour tenter de sauver les meubles mais c’est déjà trop tard. Incapable de proposer des modèles crédibles de développement économique et social pour sortir notre ville des ténèbres de la léthargie et de l’oubli, le maire errant privilégie l’achat de conscience avec des promesses mirobolantes. Cette méthode  ne peut plus prospérer, mais pour quelqu’un qui disait que les Daganois ne sont des mange-mil dès que tu viens avec l’argent ils sont malléables et corvéables, ce n’est pas surprenant de sa part. Mais, faut-il encore le rappeler, Lou jayoul kène manoukoo djeunde. La méthode du maire est vraiment un pétard mouillé. Nous lui conseillons de se rapprocher davantage  de «  l’ex branche cousine rebelle » qui a eu à expérimenter  cette méthode avec les résultats que nous connaissons en 1996 et  en 2000. A Dagana tout est à construire, si vous avez les moyens Monsieur le maire, nous vous prions de financer les projets d’utilité publique en souffrance de vos tiroirs, les populations vous en seront reconnaissantes si tant est leur sort vous préoccupe. Vous pouvez sans sourciller payer un véhicule 4/4 double cabine au monstre Taxaaw Sopi, un machin improductif qui a fini de mettre en lambeaux  ce qui restait du PDS et avec en prime une substantielle « subvention ». Nous vous rappelons, notre « cher » maire, que les populations de Dagana sont au midi d’une prise de conscience irréversible de leur «  force de frappe ». Elles savent où elles vont, en majorité, ce qu’elles veulent et ce qu’elles valent dans une démocratie. Les Daganois ont très bien compris et assimilé le célèbre message, «  prenez et bouffez tout l’argent qu’on vous donne ; c’est l’argent du contribuable Sénégalais ;  mais n’oubliez jamais de travailler pour votre ville en votant contre les imposteurs invétérés ». Nous ne combattons pas un homme, nous voulons mettre fin à des politiques à vau-l’eau, incapable de sortir notre ville et ses populations d’une situation endémique de pauvreté. Dagana donne bien l’image d’un pauvre assis sur une mine d’or. Notre ville regorge de potentialités énormes mal et sous-exploitées. Nous disposons d’eau, cette denrée précieuse, en quantité et en qualité mais aussi des terres des plus fertiles du pays, favorables au développement  de plusieurs spéculations ( riz, mil, blé, tomate, coton, arachide ,mais…). Les paysans sont des grands travailleurs courageux et ne demandent que des moyens pour démontrer davantage leur savoir faire. Mais c’est la volonté politique qui manque, il faut le dire clairement et à haute voix. Notre ville est snobée par les plus hautes autorités de l’Etat et les partenaires au développement. Les populations de Dagana  sont tenues à l’écart de la quasi-totalité des mécanismes de financements. Cela est rendu possible surtout par le manque de poigne et de sérieux, («  fouleu ak fayda » ) des dirigeants fantomatiques locaux, dormeurs-ronfleurs les plus en vue du Comité Directeur du PDS. Nous avons tout donné, sur un plateau d’argent, au PDS et à son Chef Suprême. Mais depuis l’alternance du 19mars 2000, les Daganois  sont restés sur leur faim. Nous disons bien que « kène fayoul narbi khoramam » et c’est là une bien triste réalité.

Dagana n’a rien reçu  ou presque comparativement à Podor et Saint Louis. Nous n’accepterons d’être la cinquième roue de la charrue. Nous avons fait le pari, devant Dieu et devant les populations de nous dresser contre ces politiques iniques, inexplicables et inacceptables. Nous travaillons dans ce sens de jour comme de nuit et en toute saison. Tous ceux qui n’œuvreraient pas pour le développement économique et social de Dagana  nous trouveront sur le chemin et nous les combattrons énergiquement quoi qu’il advienne. Dagana vaut ce combat. Nous luttons l’incompétence, l incurie, l’arrogance, l’absence criarde de perspectives crédibles  de développement  des imposteurs locaux et nationaux mais aussi contre leur « gourmandise mortelle ». Une vaste campagne de mobilisation est enclenchée depuis déjà assez longtemps pour barrer la route  à tous ces gougnafiers  d’un autre âge, jouisseurs en errance. Des principes immuables de dignité, du sens d’honneur, du respect de la parole donnée et un amour pour notre terroir  et notre pays guident toutes nos actions. Dieu merci, les fruits de cette mobilisation pour notre noble cause sont déjà  perceptibles d’où le désarroi de la «  dynastie » qui multiplie, en vain ses tentatives de corruption pour casser le mouvement avec des promesses autant en emporte le vent. Le « soleil des indépendances » s’est levé à Dagana. Il illuminera tout le département et le pays entier. C’est ici que l’alternance au Sénégal a trouvé son premier champ d’application  et ce sera ici ou sera donné le coup d’envoi de la course pour administrer  un camouflet  historique aux fainéants locaux du PDS   et à leur parti en déliquescence. Ce combat est notre seul raison de vivre. Et disons avec le célèbre Victor Hugo que : « Ceux qui luttent sont ceux qui vivent ». Ce n’est pas hypothétique « Conseil des nobles ? et des sages ? » Sorti de l’imagination satanique de qui on sait, et pour cause d’ailleurs, qui sauvera un maire non lucide et sa « rachitique » cour de quelques âmes damnées de la déferlante des populations frustrées et déçues à tous les niveaux. Le combat continue. La victoire sera belle.

 

ABDOULAYE KEBE

Coordonnateur de la Convergence

 Des  Jeunesses Républicaines

( COJER ) DAGANA

 

Les commentaires sont fermés.