Modern technology gives us many things.

Abdoulaye Daouda Diallo : ‘’Les familles religieuses sont l’âme de la société sénégalaise’’

ministre intérieur tivaouaneLe ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, a déclaré que les familles religieuses constituaient “l’âme” de la société sénégalaise, tout en réaffirmant la volonté et l’ambition du gouvernement de moderniser les cités religieuses.

‘’Les familles religieuses sont l’âme et les piliers et le socle de la société sénégalaise, qu’il faut assister’’, a-t-il dit lors de la cérémonie officielle du Maoulid, commémorant l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (PSL).

Conduisant la délégation gouvernementale à Tivaouane, M. Diallo a rappelé les décisions du chef de l’Etat, Macky Sall, lors du Conseil des ministres du 26 décembre 2013.

AU Sénégal, souligné le président Sall, les fêtes et autres célébrations religieuses représentent des évènements importants pour les populations ainsi que des moments de recueillement et de prières pour un garder ‘’un Sénégal uni, dans un consensus dynamique pour bâtir un progrès économique et social’’.

Pour cette raison, le président de République avait réitéré ses directives au Gouvernement pour l’appui, dans la mesure des possibilités de l’Etat, de toutes les communautés religieuses du Sénégal, par le moyen d’une programmation concertée préalable avec les religieux concernés, des interventions des services de l’Etat sollicités.

A ce propos, le chef de l’Etat marquait toute l’attention qu’il porte à la mise en œuvre du Programme national d’assistance aux manifestations religieuses et coutumières (PRAMARC).

Il avait aussi demandé au Premier ministre de veiller, en 2014, à l’intensification des réalisations du Programme de modernisation des cités religieuses, notamment : les travaux engagés à Touba, Tivaouane, Médina-Gounass, Médina Baye, Popenguine, dans l’attente de l’extension des interventions à d’autres localités concernées.

Selon le ministre de l’Intérieur, le gouvernement tient beaucoup à la modernisation de cité religieuse notamment Tivaouane, tout en soulignant que l’Etat va s’atteler à le faire.

Abdoulaye Daouda Diallo a rappelé l’importance de la commémoration de la naissance du prophète.

La ville de Tivaouane baigne dans une ambiance de ferveur religieuse, à l’occasion du Maoulid. De nombreux pèlerins convergent vers les mausolées des anciens khalifes et descendants d’El Hadj Malick Sy, pour des recueillements.

La tidjania est une confrérie musulmane fondée par Sidi Ahmed Al Tidjani, qui est né en 1737, en Algérie, et rappelé à Dieu en 1815, à Fez, au Maroc. Elle doit son essor en Afrique occidentale à El Hadj Omar Tall (1794-1864) surtout.

Chez les Wolofs, au Sénégal, le mérite de la propagation de l’ordre revient à El Hadj Malick Sy, qui est né en 1855 près de Dagana, dans l’actuelle région de Saint-Louis (Nord).

En 1902, El Hadj Malick Sy se fixa définitivement à Tivaouane, qui devint, sous son impulsion, un centre d’enseignement et de culture islamiques. Il y initia la célébration du Maoulid.

A sa disparition, en 1922, son fils Ababacar Sy assure le califat. Puis, Mansour Sy, le frère cadet de ce dernier, prit le relais en 1957, mais il fut rappelé à Dieu quatre jours plus tard. El Hadji Abdoul Aziz Sy “Dabakh” (1904-1997) assure sa succession, pour une période de 40 ans, de 1957 à 1997.

Il est remplacé par Serigne Mansour Sy “Borom Daradji” (le maître de l’école coranique, en wolof), qui décède le 8 décembre 2012 à Paris (France). Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy “Al Maktoum” est depuis lors le khalife des tidjanes.

 

Les commentaires sont fermés.