Modern technology gives us many things.

Abdoul Mbaye, un PM en sursis

Les rumeurs les plus folles ont couru, hier, à propos de la démission d’Abdoul Mbaye de son poste de Premier ministre. Quelque temps après, à 20 heures précises, abdoul mbaye pml’intéressé a pris place à bord du bateau Aline Sitoe Diatta à destination de la capitale du sud, Ziguinchor, où il doit présider la cérémonie inaugurale de la gare maritime à Karabane. Si certaines indiscrétions révèlent qu’Abdoul Mbaye évacuerait les affaires courantes, d’autres sources sont formelles : «Macky Sall, qui a refusé la démission, lui a renouvelé tout sa confiance». Reste à se demander jusqu’à quand.

 

L’arrivée de Macky Sall au pouvoir coïncidant avec l’accélération de la procédure contre Habré entamée sous Wade, n’était pas favorable à Abdoul Mbaye. Il sera, à coup sûr, appelé comme témoin dans le procès de Habré ou pourrait même être poursuivi pour complicité de blanchiment d’argent, si le gouvernement tchadien demandait aujourd’hui la restitution de tout l’argent du pays qui a été planqué au Sénégal. En réponse aux députés libéraux qui exigent sa démission en déposant une motion de censure sur la table du Président de l’Assemblée nationale, Abdoul Mbaye martèle : «Habré est poursuivi pour crime contre l’humanité. Il n’a jamais été poursuivi pour avoir détourné de l’argent public. Et je ne vois pas en quoi on va me demander de venir à la barre témoigner». Mieux, il avait tenu à se dédouaner de toutes les accusations qui pèsent contre lui. A l’en croire, il ne peut pas être poursuivi dans cette affaire, encore moins entendu. «Tout comme il avait besoin d’un tailleur, il a eu besoin d’un banquier. Il a été mon client et il a déposé dans la banque que je dirigeais des sommes qui n’avaient rien d’excessifs», a laissé entendre l’ancien banquier. De son avis, la transaction de l’ex-dirigeant Tchadien était «normale» et «non interdite».

L’humiliation de Lausanne

Il serait accusé par le Palais d’être la principale responsable du rejet de la candidature du Sénégal pour une place au Comité international olympique (Cio). Par sa candidature, alors que le Président de la république aurait parrainé celle de Diagna Ndiaye, en adressant une lettre de soutien, Abdoul Mbaye est accusé de privilégier ses intérêts personnels, au détriment de ceux de la nation. Chose qui aurait mis le chef de l’Etat dans tous ses états, du fait que cette double candidature a torpillé les chances sénégalaises. Ce qui semble, au regard de certains sénégalais avertis, comme la goutte d’eau de plus qui a débordé le vase. Dés lors, les relations entre le Président de la république et son Pm, de technocrates deviennent exécrables et la voix de salut reste inéluctablement le départ de la station primatoriale d’Abdoul Mbaye. L’histoire retiendra qu’il a été le premier Premier ministre de la deuxième alternance au Sénégal.

La Realpolitik

Des responsables de l’Apr auraient conseillé au chef de l’Etat de mettre à la tête du gouvernement un Premier ministre politique –un des responsables de l’Arp-qui, disent-ils, avec sa casquette de N° 2 du parti, va, sans nul doute, l’aider à asseoir un vrai parti politique bien structuré avec toutes les composantes, à l’image des grandes formations politiques du pays : le Ps, le Pds, l’Afp. Ils sont nombreux les responsables et autres militants de l’Apr qui imputent la non structuration de leur parti à Abdoul Mbaye. Dans l’entendement des sénégalais, c’est toujours le Premier ministre qui joue le rôle central pour la bonne marche du parti au pouvoir. Wade l’a si bien compris qu’il s’était séparé de ces deux Premiers ministres technocrates, en l’occurrence Mame Madior Boye et Cheikh Hadjibou Soumaré, à la veille de joutes électorales.

Rewmi.com

Les commentaires sont fermés.