Modern technology gives us many things.

Abdou Mara Wade: « La République est en danger »

La date du 30 août 2018 sera marquée d’une pierre blanche dans l’histoire politico-judiciaire du Sénégal.
En effet, elle a vu à cette même date le traitement des 2 K qui ont connu à peu près le même sort.
Coïncidence troublante ou stratégie savamment planifiée ?
Le premier cas Khalifa Sall a vu la cour d’appel corser le verdict du tribunal de première instance avec la confirmation de la peine d’emprisonnement ferme de 5 ans mais l’amende de 5 millions infligée par ledit tribunal est ramenée à 1 milliard 800 millions pour lui et ses codétenus.
Sans verser dans aucun juridisme, il appert de prime abord qu’il y a des incohérences dans l’arrêt rendu par la cour d’appel.
On est encore à se demander comment ladite cour a pu annuler le procès verbal d’audition qui est à la base de toute la procédure sans remettre en cause tout le procès.
Ensuite la précipitation notée dans l’enrôlement du dossier par la cour d’appel et qui semblait traduire un certain acharnement contre le prévenu principal pour l’empêcher d’être candidat à la présidentielle a aussi été notée dans la révocation prise par décret présidentiel un jour seulement après le verdict de la cour d’appel.
Une certaine instrumentalisation est subodorée dans la célérité de la rédaction et de l’envoi de l’arrêt de la cour d’appel et du rapport du ministère de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire
Les deux documents, reçus certainement le même jour, ont été exploités par la Présidence de la république qui a pris le décret de révocation en ce même jour dans la matinée, peut-être avant le départ du président pour la Chine.
Mais ce qui est le plus troublant dans cette affaire c’est pourquoi la révocation de Khalifa Sall à cet instant précis.
Les raisons invoquées pour justifier la révocation ne datent pas d’hier mais constituent les raisons qui avaient motivé l’arrestation de KS et compagnie.
Pourquoi donc depuis lors le Président n’a pas pris la décision de révocation du maire KS ?
La décision de la cour d’appel invoquée ne peut aucunement revêtir le caractère de l’autorité de la chose jugée parce qu’il est toujours possible aux avocats de KS de se pourvoir en cassation et même après la cassation, ils peuvent, s’ils ne sont pas toujours satisfaits du verdict, faire un rabat d’arrêt.
Que vaudra le décret du président si, par extraordinaire, la cour de cassation innocentait KS ?
Le lancement des opérations de collecte et une ferme volonté d’empêcher le maire de Dakar de présenter sa candidature à la présidentielle nous semblent être les pistes les plus plausibles.
Le second cas Karim, l’exilé du Qatar, définitivement exclu de la compétition de Dakar, présente aussi autant de zones d’ombre.
Karim qui avait introduit un recours à la cour suprême s’est vu aussi débouter pour incompétence de la cour.
Une cour suprême, je dis bien suprême, peut-elle être incompétente devant une décision prise par une direction du ministère de l’Intérieur qui s’est substituée à la loi pour prendre une décision de justice ?
Sans être expert en droit, on sait que le motif du rejet du recours de Karim ne semble pas du tout fondé.
En effet, la cour suprême estime que le recours devrait être fait à Doha, lieu d’inscription de Karim Wade, alors que la décision de radiation a été prise, non à Doha mais à Dakar, par la Direction des élections.
Par voie de conséquence Karim devrait bien avoir la possibilité de saisir les tribunaux de Dakar qui est aussi son lieu de résidence pour demander à être rétabli dans ses droits.
Le ton était donné depuis le 29 août à l’occasion du lancement du parrainage de la coalition Benno Bokk Yaakar au Centre international de conférence Abdou Diouf où le président de la république Macky Sall, le président de la coalition Benno Bokk Yaakar au temps pour moi, avait choisi de monter au créneau pour menacer ceux qui s’en prennent aux magistrats taxés d’être à la solde de l’exécutif.
C’est ce mélange de genre suffisamment entretenu qui sème le doute dans les esprits et la rébellion dans les cœurs et donne raison aux pourfendeurs d’une justice pas juste et instrumentalisée pour liquider des adversaires politiques gênants.
Quand la justice n’est pas justement rendue, l’état de droit s’effondre.
Alors Citoyens du Sénégal debout et solidaires pour la défense des intérêts de la République !
Fait à Thiès le 01er septembre 2018
El Hadji Abdou WADE dit Mara.

Les commentaires sont fermés.