Modern technology gives us many things.

« Ceux qui fustigent le parrainage ont défendu ce système par le passé »

« Ce sont les démocrates qui font les Démocraties, c’est le citoyen qui fait la République »
Georges Bernanos

Certes, le nombre élevé de partis dans l’espace politique sénégalais est significatif de l’avancée démocratique de notre pays. Toutefois il soulève de vraies inquiétudes. En effet, relativement à la pertinence des offres politiques mais aussi à la gestion administrative et financière, la multitude de partis politiques pose d’énormes problèmes. L’expérience des précédentes élections (2700 listes aux locales et 47 aux législatives) hante encore les esprits. Ce souvenir aurait dû pousser l’opposition à plus de responsabilité et à travailler à la mise en œuvre des dispositions de la constitution issue du référendum de mars 2016 qui portent sur la rationalisation de l’espace politique. Un des moyens d’accroître l’efficacité du processus en adoptant une meilleure organisation, en se donnant les moyens légaux de préserver notre démocratie est le système de parrainage que vient de proposer le
président Macky SALL.

En perspective de l’élection à venir, l’opposition sénégalaise gagnerait à accepter ce dispositif qui exclue toutes les candidatures farfelues. Obtenue au prix d’énormes sacrifices, l’avancée démocratique de notre pays souffrirait beaucoup de toutes ces candidatures fantaisistes qui se profilent à l’horizon. Rejeter le parrainage proposé par la majorité présidentielle sous prétexte qu’il constitue une technique de « liquidation » de certains opposants est un faux débat, pour 2 raisons.

La première est que le parrainage citoyen est utilisé dans plusieurs pays qu’on ne peut taxer d’antidémocratiques : ainsi du Portugal où la Constitution indique que les candidatures à la présidence de la République doivent être proposées par un minimum de 7.500 électeurs et un maximum de 15.000 électeurs. La Lituanie exige, depuis 1992, 20000 signatures d’électeurs à tout candidat à la magistrature suprême, quand la Croatie en demande 10000, la Roumanie 200000 et l’Islande 1500. On note un nombre de candidats stable dans ces pays suite à la mise en place du parrainage citoyen. Ils étaient 4 en 1976 au Portugal, 6 en 1982, 2 en 1996 et 6 en 2011. Toujours dans l’optique de filtrer ces candidatures « hurluberlu », d’autres pays ont opté pour un système qui offre deux possibilités aux candidats : un parrainage qui émane soit des électeurs, soit des élus.
C’est le cas de la Finlande qui exige des candidats le soutien d’au moins un parti qui dispose d’un député où celui de 20000 électeurs. Le parrainage n’est donc pas une trouvaille de la majorité présidentielle sénégalaise pour exclure de la course, des opposants. Contrairement au système de parrainage français où une candidature à la présidentielle doit bénéficier du soutien de 500 élus, le parrainage citoyen proposé par Macky SALL ne peut souffrir de marchandage politique. La deuxième raison réside dans le fait qu’aujourd’hui, au Sénégal, les candidatures indépendantes sont obligées de passer par le parrainage pour concourir au suffrage universel. En effet une candidature indépendante à l’élection présidentielle n’est recevable que si elle bénéficie de la signature d’au moins dix mille (10000) inscrits domiciliés dans six (6) régions à raison de cinq cents au moins par région (article 29 de la constitution). Etait-ce une manière, lors de l’instauration
de cette règle, d’exclure les « indépendants » de la compétition ? Non il s’agissait tout simplement d’éviter une profusion (financièrement et administrativement onéreuse) de candidatures à l’élection présidentielle. Les mêmes qui fustigent aujourd’hui le parrainage ont défendu ce système par le passé, quand il ne s’appliquait qu’aux candidats indépendants. Le président Macky SALL avait prôné, au lancement du dialogue national, que les candidats indépendants et ceux investis par les partis politiques soient logés à la même enseigne relativement à la collecte de signatures d’électeurs. Est-ce une garantie de représentativité que de diriger un parti politique ? Rien n’est moins sûr, au vu des résultats engrangés par les partis « cabines téléphoniques » qui pullulent au Sénégal. La crédibilité d’une candidature passe d’abord par l’instauration d’une preuve de la représentativité dont elle bénéficie.

La nouvelle disposition exigera de tout candidat le soutien d’1% du corps électoral sénégalais (65000 inscrits répartis dans 7 régions à raison de 2000 au minimum par région). Comment un sénégalais qui n’arrive pas à réunir 1% du corps électoral peut-il prétendre à plus de la moitié des suffrages exprimés et accéder à la magistrature suprême ? Cherchez l’erreur ! Garantir une élection présidentielle de qualité à la hauteur de notre démocratie. C’est le défi que doit relever la classe politique sénégalaise avec comme arbitre le peuple qui, à travers le parrainage citoyen, désignera les candidats qu’il souhaite voir concourir. Le parrainage citoyen proposé par le Président SALL a l’avantage de rétablir l’équité dans la désignation des candidats. Il permet également de réduire considérablement l’apport financier du contribuable sénégalais dans l’organisation de la prochaine présidentielle. Last but not least le parrainage proposé par le président remet au centre du débat le citoyen et par ricochet le peuple.

Amadou BARRY
Responsable du Secrétariat à la Vie Politique de la Convergence des Cadres Républicains de France

Les commentaires sont fermés.