Modern technology gives us many things.

A mon ami Seybani: l’opposition à tout, partout et pour tout, mène au déni névrotique

0

 

L’observateur non initié de notre landerneau politique distinguera facilement les crieurs
professionnels de l’opposition, toujours arc-boutés sur leurs posture naturelle du tout va
mal rien ne marche, et leurs souteneurs prolixes de l’ombre toujours dans la recherche de
poux et de lentes administratives dans la gestion de Ndoumbélane.
Ce qui est constant c’est que gérer ce pays est d’une difficulté draconienne car tout est
urgent. Aucune détermination de piliers ne peut se faire sans être remise en question par
les uns et les autres et de façon parfois très justifiée tant il est vrai que les variantes pour
chaque choix d’ordre et de priorités se tiennent et peuvent se valoir. J’ai cru pendant
longtemps que les élites politiques ne pouvaient pas se tromper et que certains leaders
brillantissimes du point de vue de leur cursus avaient forcément l’art et la maîtrise de la
mise en place de ces piliers sans lesquels aucune projection n’est possible. Il faut en plus
et ce n’est pas tout, que ces piliers une fois définis déterminent les priorité dans la mise en
œuvre des actions et que cela réponde à un consensus populaire. La pratique nous
montre à suffisance qu’aucune pratique n’est en soi un mode d’emploi déterminé et
éprouvé. Dans les histoires de gouvernances des peuples, le chemin n’est jamais fait
d’avance pour qu’on ait plus qu’à le suivre, même dans ces sociétés dites développées et
porteuses de démocratie le chemin se fait en marchant et régulièrement les acquis d’hier
se révèlent usées et non opérantes au bout d’un certain temps de marche. Mais les
paradigmes mettent beaucoup de temps à changer et quelque soit la volonté des
gouvernants, la perception populaire peut se retrouver dans une manipulation parfois
réfléchie mais toujours outrancielle voire même outrancière de ces opposants qui ne
connaissent de vertu que le déni systématique de tout partout et pour tout. Pour
comprendre le leitmotiv de certains, thuriféraires comme féroces chercheurs
systématiques de problèmes, il faut d’abord comprendre que le “ôtes toi de là que je m’y
mette” ou “poussal ma tokk” est largement inoculé dans l’ADN de notre peuple. les
sénégalais comme beaucoup de peuples encore, n’ont pas encore réussi à passer la
gouvernance des institutions, pour le peuple et par le peuple, comme un sacerdoce
nécessitant plutôt un don de soi qu’une chasse éhontée pour le pouvoir et ses privilèges.
C’est bien parce que les paradigmes d’antan n’ont de code source que les affres des
occidentaux sur nos peuples d’Afrique noire qu’on peut comprendre dès lors, que les
victimes que nous sommes, reproduisions sans arrêts les exactions, extorsions et autres
malversations et mains mises sur les deniers publics. Mais le vent est bien changeant
depuis 2000, même si la wadesie n’a pas résisté à l'envie de se servir. Ce qui explique
bien pourquoi, malgré tous les travaux entrepris, le peuple a vite compris que la
distribution d’argent urbi et orbi et la création de milliardaires selon les termes même de
Wade Père, cachait bien une autre réalité, celle du partage du magot par une famille avec
le père et le fils en poste aux premiers rôles, dans ce qu’il est convenable d’appeler le
partage de Bouki.
Mais c’est bien en 2012 que le changement de paradigme a commencé vraiment à opérer,
avec la création de nombreux paris sur l’avenir et beaucoup d’ajustements par rapport au
régime précédent. Il est compréhensible que ce soit l’œuvre d’un fils politique de Wade,
car Maître Wade, même déclinant et affaibli, miné en plus par un fils sans gloire et sans
épaisseur aucune, avait longtemps réfléchi sur le Sénégal et trouvé plusieurs idées de
rectifications de la trajectoire entreprise depuis les indépendances. Il est clair depuis des
lustres, que les infrastructures de décloisonnement étaient une urgence, que les territoires
devaient asseoir une intelligence collective basée sur la mise en commun des ressources
et la poursuite d’un idéal collectif. Que l’eau potable à tous les foyers ne pouvait plus
continuer d’être un luxe pour une certaine partie de la population. Que les facteurs de
production et l’envie même d’entreprendre ne pouvait continuer d’être régulièrement inhibé
par la non disponibilité des énergies. Que tout ne pouvait pas continuer de nous être dicté

par l’occident et la France au premier chef. Tout cela Macky SALL l’a compris et même
a pas lui non plus résisté à ces lourdeurs familiales qui nous plombent et nous obligent à
recycler ou employer ipso facto nos amis et les membres de notre famille, il aura réussi lui
au moins à poser beaucoup de jalons précieux qui faciliteront forcément le changement de
braquet et donc de paradigme. Oui le chemin est encore long qui nous mènera à
l’émergence, mais le cap est fixé et des étapes décidées. On n’est plus dans le rêve mais
dans l’exercice réel de la marche vers le changement de mentalités. Dans ce sillage,
l’opposition bruyante trouvera partout, des miettes de ratés et de freinages coupables de
notre exécutif gouvernemental, qui trace un chemin sans modèle. Nous ne sommes ni
français, ni rwandais, et pourtant, vous constaterez que régulièrement les contestataires
s’appuient sur des choses dans ces pays pour nous émoustiller ou nous aguicher dans la
conviction que c’est mieux chez les autres. Quoiqu’il se passe au Rwanda, un dictateur est
au commande et il gouverne en ayant muselé les journalistes et la presse qui sont
surveillés comme du lait sur le feu. Au regard du chemin fait par ce pays en si peu de
temps, on pourrait la qualifier de dictature séduisante, mais dictature quand même et ça à
Ndoumbélane on en veut pas. Pour ceux qui nous gratifient à tout bout de champs d’un
mimétisme souhaitable pour être dans la bonne analogie française, je leur demande d’aller
voir le théatre des gilet jaune qui se joue à Paris et dans toutes les ville de France depuis
quelques jours. Quand on a voyagé un peu dans la sous région africaine et comparé les
capitales visitées à Dakar, on se surprend à adorer le pays de Bamba et de Maodo et on
peut valablement se dire qu’il fait bon chez nous. Ndakarou nekhna la wakh, lâchez
nous!!
En tant que souteneur du régime, on peut après se vexer de la tournure des choses dans
un parti comme APR, cette armée mexicaine qui a réussi le pari de mettre tout le monde
en désaccord, et se dire que le Président est tout seul, mais force est de reconnaître que
même s’il n’ya aucune organisation dans les DSE et dans la plupart des comités au
Sénégal, la déliquescence organisationnelle n’a en rien enrayé la conjonction de vues sur
la présidentielle et plus que jamais tout ce monde de désaccordés, soutient clairement le
vote en faveur du candidat Macky SALL.
Instinctivement en fait, le peuple joue la prudence et se mettra sûrement à l'abri d'un saut
vers l’inconnu dans une période charnière ou le gaz et le pétrole nous arrivent par on ne
sait quelle loi divine. Depuis 1935 la recherche de Pétrole par les colons puis par nos
élites autochtones ne s’est jamais arrêtée et comme par magie c’est quand Franck TIMIS
s’en mêle en se payant les services de celui qui allait devenir ensuite seulement le frère du
Président, que les sous sols de Saint Louis et de Kayar nous gratifient de merveilles
inattendues. Ce qu’il faut retenir c'est que cela est aussi une volonté divine et qu'au lieu
de crier partout au voleur, on devrait juste dire Merci à Franck et son ex représentant au
Sénégal Aliou SALL et prier pour eux à la faveur de nos dévotions de Timis. Oui ce pays
avance et toutes ces personnes qui vous chantent le changement de système
instantanné, donc de paradigme, montrent à souhaits leurs limites, et étalent leur carence
à comprendre quelque chose à la théorie vérifiée du changement des habitudes sociales.
Croire une minute à ce candidat qui vous promet la sortie du Franc CFA en 2019 est la
meilleure façon pour un individu sensé et responsable, d’être complètement crédule et
impuissant par incompétence face aux réalités économiques et géopolitiques qui
gouvernent la marchent du monde. Le Sénégal n’est pas un pays isolé sur cette planète, il
devra se mouvoir dans les grands ensembles et éviter une stigmatisation qui nous ferait
perdre le peu d’atouts qui fondent notre résonance dans le monde et le respect dont on
jouit dans la plupart des sphères internationales. Sans le savoir les crieurs salissent la
réputation de notre grandeur théorique, en pensant lutter contre le régime en place. En
réalité ces opposants n’ont aucun respect pour le Sénégal en tant qu’unité nationale et ils
sont capable de faire montre, d’un nombrilisme coupable et indécent, qui leur commande
de dénigrer ce pays qui nous appartient tous pour assouvir leur simple désir de salir un

adversaire, et par delà, réussir à le supplanter. Réveillez vous chers compatriotes, le refus
de voir la vérité en face vous conduit au déni névrotique. Et quand des intellectuels
comme mon ami Seybani s’amuse à éplucher systématiquement toutes les poubelles pour
y chercher des incongruités à opposer au régime en place, cela s’appelle faire du
siphonnage administratif. C’est un bon principe de participation certes, quand il est fait
pour interroger la doctrine scientifique ou juridique et pousser au dépassement, mais
quand il est fait invariablement à charge il perd de sa substance et devient juste un cri
d’orfraie comme un autre, indissociable de ceux des opposants à tout, partout, et pour
tout. Crier à force d’écrits sans aucune valeur instructive, pour traiter la crème de nos
magistrats de corrompus et décréter le déshonneur de la justice sénégalaise, ou encore
faire tout un verbiage qui n’honore en rien le droit et s’en servir comme prémisse pour
déduire que toutes les décisions de justice qui confèrent une légalité aux actions du
Président Macky SALL sont dévoyées, ou enfin, écrire sans gêne que le droit est rendu
dans un sens ou dans un autre au Sénégal, en fonction des magistères et non des faits,
c’est non seulement être un apostat du droit et de la doctrine juridique, mais c’est aussi
prendre le risque de déchirer la présomption de hauteur dont se munirait tout intellectuel
averti. A cela mon ami Seybani pourrait ajouter le courroux qu’il cherche visiblement à
créer pour façonner sa propre résonance, en ayant une lecture très singulière de l’État
sénégalais et de tout notre arsenal juridique.
Il y’a encore beaucoup de choses à faire et à parfaire mais le coup KO consacrant le
second mandat de Macky SALL est inévitable. Il est même souhaité par stricte souci
d’économie pour tous.

Pape SARR
Duc de Diapal

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.