Modern technology gives us many things.

A Banjul, L’UA menace de prendre des sanctions contre le Soudan du Sud

soudan du sudL’Union africaine (UA) a menacé de prendre des mesures sévères, dont notamment des sanctions contre les auteurs des violences en cours au Soudan du Sud, où un coup d’Etat déjoué à la mi-décembre avait dégénéré en conflit armé, mettant aux prises les troupes gouvernementales et les soldats rebelles à la tête desquels se trouve l’ex-vice-président sud soudanais, Riek Machar (Photo: Riek Machar à gauche et Salva Kiir à droite).
Selon un communiqué publié lundi à l’issue d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’UA dans la capitale gambienne, Banjul lundi , l’organisation sous régionale a déclaré qu’il n’écartait pas de prendre des mesures punitives appropriées, y compris des sanctions ciblées à l’encontre des responsables de la violence sur fond de conflit ethnique et ceux qui cherchent à saper les efforts pour un dialogue en vue de la restauration de la paix.

A en croire le même communiqué, l’Union africaine prévoit également des sanctions contre les groupes armés qui entravent les opérations humanitaires sur le terrain, portent atteinte au mandat de protection des civils par la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MiNUSS) et ceux qui commettent des actes de violence contre les populations civiles.

L’UA a par ailleurs réaffirmé son engagement à travailler en collaboration avec l’Agence intergouvernementale pour le développement (IGAD) afin de renforcer les efforts pour négocier un arrêt des hostilités entre les troupes fidèles au président, Salva Kiir et celles de son ancien vice président Riek Machar, accusé d’être à la tête de la rébellion qui cherche à renverser le régime de Juba.

Le président gambien, Yahya Jammeh avait, en sa qualité de président en exercice du Conseil de paix et de sécurité l’Union africaine , convoqué une réunion d’urgence pour trouver une issue pacifique à la crise qui secoue actuellement le Soudan du Sud, où plus de deux semaines de combats ont fait quelque 1.000 victimes et plus de 200.000 déplacés.

Cette rencontre a vu la présence de représentants en provenance du Nigeria, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire et du Cameroun ainsi que l’ambassadeur de la France au Sénégal qui ont également exprimé leur préoccupation au sujet de la crise qui sévit dans ce pays d’Afrique centrale avec un risque réel de guerre civile.

Les tensions avaient commencé depuis le mois de juillet dernier, suite au limogeage par le président Kiir, de son ex-vice-président, Riek Machar, une décision qui avait ainsi provoqué des divisions au sein de l’armée sud-soudanaise.

Des rapports ont déjà fait état de meurtres à caractère ethnique pendant la crise.

 

Les commentaires sont fermés.