Modern technology gives us many things.

Johnny Hallyday: «Je ne crois plus trop en Sarkozy»

Il était en 2007 l’un des fidèles soutiens de Nicolas Sarkozy. Sept ans plus tard, Johnny Hallyday n’y croit plus. Il dit sa déception dans une interview au Point publiée ce vendredi, à l’occasion de la sortie lundi de son 49e album studio, Rester Vivant.
On vous raconte par ici la soirée des Vieilles Canailles à Bercy
«A l’heure actuelle, il n’y a pas un politicien en qui je crois. Ils nous ont tellement menti, je ne peux plus croire en personne». Pas même en Nicolas Sarkozy, qui l’a «déçu». Qu’il revienne ne le réjouit donc pas. «Je ne crois plus trop en Sarkozy. (…) Il ne propose rien de nouveau. C’est quelqu’un que j’aime beaucoup personnellement, mais je ne crois pas en la politique d’aujourd’hui.»
«Pompidou était formidable»
C’était mieux avant, estime le Taulier. «Pompidou était formidable. Vous savez, je regrette cette époque. C’était un bon président. Les années Pompidou, c’était formidable. La France n’était pas au bord du désespoir, les gens s’amusaient.»
Aujourd’hui, on a peur de s’amuser, poursuit le chanteur. «C’est mal vu, parce que tout va mal. C’est pour ça que la France est triste: personne n’ose s’amuser.»
«Ici, on a l’impression d’être assisté»
Johnny réside aujourd’hui à Los Angeles, où il constate les différences de mentalités avec les Américains, qui eux, «ne se plaignent pas toute la journée», dit-il. «Ici, on a l’impression d’être assisté: on ne bosse pas, on fait les 35 heures, on fait des manifs, la grève… Je trouve ça désolant. C’est pas comme ça qu’on s’en sortira», affirme-t-il.
Il ajoute: «Aux États-Unis, quand on vous voit avec une belle voiture dans la rue, les gens vous félicitent. Ici, c’est le contraire.» La situation de la France est préoccupante, mais «je ne pense pas que ce soit catastrophique, poursuit le chanteur. Ça va s’arranger un jour. Pour moi, c’est l’un des plus beaux pays du monde

Les commentaires sont fermés.