diabète 1Le nombre de diabétiques connus et suivis dans les structures de santé sénégalaises s’élève à 50.000 malades, mais des statistiques font dans le même temps état de 350 à 400.000 diabétiques, a soutenu, lundi à Dakar, le professeur Saidou Nourou Diop, directeur du centre Marc Sankalé, spécialisé dans le traitement du diabète

L’analyse de ces chiffres montre que le Sénégal compte au moins 300.000 diabétiques qui s’ignorent, a-t-il dit lors d’un point de presse tenu dans les locaux du centre Marc Sankalé, en prélude à la célébration de la Journée mondiale du diabète, célébrée le 14 novembre de chaque année.

« Cette situation de la maladie corrobore les données de la Fédération internationale du diabète et celles de l’Organisation mondiale de la santé qui estime que dans les pays comme le Sénégal, 80% des diabétiques ne sont pas diagnostiqués », a-t-il dit.

Le professeur Saidou Nourou Diop a dit qu’une insuffisante sensibilisation est à l’origine de cette situation. Il s’y ajoute que selon lui les populations ne sont pas au courant des méfaits de cette maladie et des situations dans lesquelles elle peut apparaître.

« Il est important de continuer à sensibiliser les populations pour qu’elles aillent se faire dépister en faisant attention aux termes du bon Sénégalais qui dit : +Je préfère ne pas savoir, parce que quand tu vas voir un médecin, il te découvre toujours quelque chose », a prévenu le médecin.

Pour le directeur du centre Marc Sankalé, « il vaut mieux découvrir le diabète tôt et le prendre en charge correctement avant que les complications ne surviennent ».

« On peut traiter la maladie et s’en sortir, mais à condition qu’elle soit très tôt découverte et très tôt pris en charge avant la survenue des complications qui peuvent toucher tous les parties du corps parce que c’est une maladie chronique et très sournoise », a-t-il souligné.

insulineSi une sensibilisation continue n’est pas mise en œuvre pour informer les populations des risques encourus,  »il y aura encore beaucoup de cas », a-t-il averti, en partant de ce que selon l’OMS, il y aura 552 millions de diabétiques dans le monde d’ici 2030 dont 75% des cas vivront dans les pays à faible revenus comme le Sénégal.

« Il s’agit aujourd’hui de mettre les moyens, ce n’est pas beaucoup d’argent mais parler avec les populations pour qu’elles prennent les dispositions nécessaires pour éviter la maladie », a dit le professeur Diop.

Pour cela, comme chaque année, le maître mot reste selon lui la prévention, à travers la sensibilisation, parce que le diabète est une maladie qui n’était pas très connue en Afrique il y a une cinquantaine d’années.

Dans son intervention, le secrétaire général de l’Association sénégalaise de soutien aux diabétiques (ASSAD) a mis l’accent sur le fait qu’il y a « un réel problème de contrôle et de surveillance des aliments consommés par les populations ».

Baye Omar Guèye a invité les autorités sanitaires à protéger les populations contre les dangers inhérents à la consommation de certaines denrées alimentaires. Il a également évoqué la prise en charge des diabétiques dans des hôpitaux « confrontés à un problème de soins adéquats pour les complications diabétiques ».

« La démocratie, ce n’est pas seulement la politique, elle doit être aussi sanitaire, économique et sociale pour permettre aux populations d’accéder aux soins », a plaidé Baye Omar Guèye.

Il a rappelé que la Journée internationale du diabète est célébrée chaque année depuis 1989. La Fédération internationale du diabète qui regroupe l’ensemble des associations des pays de lutte contre le diabète est l’initiateur de cette manifestation dont le but est de faire en sorte que les populations soient au courant de l’importance de cette maladie. L’OMS a rejoint cette campagne en 1993 pour inciter les pays à organiser des activités de sensibilisation.

Cette année, la Journée célébrée chaque année le 14 novembre sera commémorée le 25 novembre, un décalage justifié par la fête de la Tamkharit marquant le début du calendrier musulman. La cérémonie officielle est prévue à Fatick (centre).

PARTAGER