cimefxibaaru.com – Comment construire ou consolider l’unité des musulmans et bien gérer l’éthique de la diversité ? C’est la problématique autour de laquelle des communicateurs sont intervenus, ce samedi, dans un hôtel de la place à Dakar, dans le cadre de la 7ème édition du Colloque International des Musulmans de l’Espace Francophone (CIMEF) prévu du 23 au 26 août 2013.

« Si nous volons réaliser l’unité, nous devons travailler ensemble en interaction, dans la confiance. Et le thème du jour est, est d’abord, suffisent pour nous permettre de réaliser le travail de cette unité », a souligné Mourchid IyaneThiam, président du Haut conseil islamique du Sénégal et modérateur du panel.

Dans sa communication, Oustaz Galadio Ka, président du Mouvement Al Fallah a, entre autres, axé son intervention sur la création des conditions d’unité, le respect de l’éthique et l’extrême importance de l’éthique islamique. « Dans ce siècle, il y a beaucoup de tendances, d’événements et chacun à son interprétation ; et donc ce colloque vient à son heure. Et si nous appliquons le Coran, nous trouverons des solutions à nos divergences. L’unité est une nécessité pour l’Islam », a-t-il laissé entendre. La divergence, à ses yeux est quelque chose de naturel. Il suffit juste de chercher à la comprendre pour trouver des solutions ; et ce, dans la patience.  « Si nous retournons aux éthiques du prophète Mohamed (Psl) nous verrons qu’il réglait beaucoup de problèmes. Ses enseignements nous permettent de retrouver la voie nette pour régler nos divergences. Allah en est capable. C’est à Lui que nous demandons de les réaliser.

Président de la Jama’atou Ibadou Rahman, Sérigne Babou a insisté sur la protection de l’homme, le respect de la dignité de l’homme, le bonheur de celui-ci et sa liberté de choisir sa religion. Dans son appel à l’unité des musulmans, il a insisté sur la nécessité de la compréhension de l’intelligence de l’autre et les moyens de réaliser concrètement l’unité. « Comprendre l’unité et la nécessité de l’unité ne suffit pas. Il faut l’appliquer sur le terrain », a-t-il expliqué. Et d’exhorter à la solidarité entre musulmans pour permettre à chacun d’être à l’abri des besoins primaires à savoir la nourriture, le logement, le vêtement, l’étude, la bonne santé etc.. « L’homme n’est pas considéré comme riche en Islam tant qu’il ne peut pas se prendre en charge en matière de besoins naturels vitaux. Il devrait être en mesure de les prendre en charge, au cas contraire, il faut l’aider. »

Dans sa communication, au nom de la délégation mauritanienne, Imam Abdalah Sarr a, entre autres, insisté sur la nécessité de s’unir réellement. « Les textes sont claires, mais malgré la clarté, il n’y a pas d’unité », déplore-t-il. Il a dégagé les raisons de division dans l’Islam que sont le discours identitaire, sectaire, juridique, politique, etc. Il a dénoncé, à titre d’exemple, les nombreuses tractations que des frères musulmans de pays frontaliers (Mali, Mauritanie, Sénégal) subissent quand ils se déplacent ; mais aussi les barrières de langues et de cultures. « Les croyants sont tous des frères, mais malgré cela, les divergences sont là », constate-t-il. L’Islam prône l’unité dans son ensemble. Dès lors, Imam Abdalah Sarr exhorte à cultiver la fraternité à travers des étapes telles que la familiarité, la compréhension, l’entraide… La divergence est naturelle, normale, mais il faut la gérer. Et pour ce faire, elle a besoin d’une éthique. « La divergence, poursuit Imam Sarr, commence par l’acceptation de l’avis de l’autre dans la différence. En effet, il y en a qui considèrent qu’ils ont raison et que les autres ont tort. »  En matière d’unité, l’Islam doit, à ses yeux, s’inspirer des unions qui existent.

 « Pour finir, l’Islam doit avoir des médias unificateurs qui donnent l’information de ce que sont vraiment les musulmans », propose-t-il.

Pour sa part, Sérigne Abdou Khadre Kébé, représentant Touba est, entre autres, revenu sur les fondamentaux de sa confrérie qui appelle à l’unité. Il a précisé auparavant que Dieu nous a créé différent et que la divergence est naturelle. Et c’est pour démontrer que tous les Oulémas de la jurisprudence sont des références ; Cheikh Ahmadou Bamba ne fait pas de différence ; tout « Wird » (récitation du chapelet) conduit à la grâce de Dieu quelque soit la confrérie ou la tendance d’appartenance de celui qui le fait, etc.

En guise de point de vue personnel, il a condamné la situation qui prévaut en Egypte et déploré le fait que certains musulmans n’aident pas leurs frères. Il a critiqué, en outre, certains musulmans qui vont garder leurs richesses, des sommes astronomiques dans les banques occidentales au lieu de les investir chez leurs frères musulmans, notamment de pays pauvres. « Le problème des musulmans est concentrés entre quelques mains. Il faut mettre fin à cela. S’il n’y a pas d’unité, on ne peut rien réaliser dans l’Islam », a-t-il lancé.

« Chacun doit dépasser son égoïsme, ses passions pour qu’on puisse s’unir sincèrement », a exhorté Imam Dame Ndiaye, président Ligue des imams et prédicateurs du Sénégal. A sa suite, le docteur Makhtar Ndiaye, président de l’Amicale des cadres musulmans du Sénégal dira : « La divergence n’est jamais bonne, c’est vrai, mais il est important d’aborder, parfois, des sujets qui fâchent. Il y a des divergences lointaines et des divergences proches. Il faut mettre en place des mécanismes pour prémunir des divergences immédiates », a-t-il lancé.

« L’unité c’est la capacité des musulmans de trouver un cadre de travailler ensemble dans le respect de l’autre, l’acceptation de l’autre et dans la compréhension. L’unité est une réalité naturelle qui se trouve dans toutes les religions. Il faut juste avoir la capacité de dépasser nos organisations, associations, institutions de bienfaisances, nos mosquées, etc. pour travailler ensemble dans la confiance réciproque », a estimé Oustaz Makhtar Kébé, président du Rassemblement islamique du Sénégal.

PARTAGER