Modern technology gives us many things.

Kédougou : le personnel de santé en grève pour de meilleures conditions de travail

kédougou santé grèveLes blouses blanches et blouses roses du centre de santé de Kédougou revendiquent de meilleures conditions de travail. Ils l’ont fait savoir ce jeudi à travers un point de presse qui a nécessité une interruption momentanée de travail.

Ce jeudi, le personnel bénévole et qualifié du centre de santé de Kédougou n’a pas hésité de monter  au créneau ce jeudi pour  poser leurs doléances. Ils revendiquent entre autres l’amélioration de leurs conditions de travail, le recrutement des bénévoles, la transformation du centre de santé de Kédougou en hôpital de niveau 1.

kédougou infirmier« Nous exigeons le paiement de nos motivations trimestrielles, le salaire des contractuels. Pour le recrutement en cours, au lieu de recruter d’autres personnes ailleurs, nous exigeons le recrutement de ceux  qui travaillent ici  dans le bénévolat depuis  3 ou 5 voire 10 ans. Si toute autre personne qui sera recrutée ailleurs sera considérée ici comme persona non grata.» a prévenu M Ibrahima Seck (photo ci-contre), le secrétaire général du Syndicat Unitaire des Travailleurs de l’Action Sociale et de la Santé(SUTSAS) /Kédougou.

Kédougou doit avoir un hôpital de niveau1

Compte tenu  de sa situation géographique, le centre de santé de Kédougou en plus de sa population autochtone, accueille des maliens, des guinéens, des burkinabés qui ne finissent pas  d’envahir les zones d’exploitation  artisanale de l’or.

«  On nous reproche souvent de ne pas effectuer correctement notre travail. C’est tout simplement parce que nous essayons d’accomplir une mission qui dépasse nos moyens. Nous exigeons  de l’Etat la construction d’un hôpital de niveau 1 à Kédougou » a ajouté M Seck.

Il faut un gynécologue, un pédiatre

kédougou sage femme« Pour lutter contre  la mortalité maternelle et néonatale dans la région de Kédougou, il faut qu’on nous mette dans les conditions. Le centre de santé de Kédougou ne possède ni pédiatre ni gynécologue. Toutes les complications à l’accouchement sont gérées par les sages-femmes qui ne sont formées à l’école que pendant 3 ans. Face à  certaines complications même si nous voulons  faire une prise en charge de ces cas, nous ne pouvons pas  car nos compétences sont limitées. Il faut que l’Etat affecte un gynécologue et un pédiatre à Kédougou» a souligné Mme Diop née Douma Diallo (photo ci-dessus), la maitresse sage-femme du centre de santé de Kédougou.

Ils ont promis de passer à la vitesse supérieure en paralysant le système  dans les prochains jours si l’Etat ne leur donne pas satisfaction.

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

 

Les commentaires sont fermés.