Modern technology gives us many things.

44.000 véhicules ont emprunté l’autoroute à péage Dakar-Diamnadio en un seul mois

Quelque 44.000 véhicules par jour ont emprunté, en avril, l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, un trafic équivalent à 55.000 transactions réalisées tous les jours du mois dernier, rapporte le magazine sénégalais Gouvernance, dans sa parution de mai 2014.
‘’Comme une voiture peut payer plusieurs fois, on raisonne en termes de transactions. Pour ce mois-ci (avril 2014), on est à 55.000 transactions par jour. Ce qui est un bon chiffre et représente 44.000 véhicules réellement car, comme certaines voitures peuvent payer plus de deux fois, il y a plus de transactions que de véhicules’’, a dit Didier Payerne, directeur opérationnel de SENAC.

M. Payerne, dont la société assure la concession de cette autoroute ouverte le 1er août 2013, a indiqué que 20% de leurs transactions se font par abonnement. ‘’Ce qui prouve que les gens restent fidèles. Les transactions concernent des gens qui font principalement les trajets Dakar-Banlieue et Banlieue-Dakar pour leur travail’’, a-t-il signalé.

‘’Aujourd’hui, on n’a ni mise en défaut ni plainte et aucun problème majeur. (…). Mais on est conscient qu’il faut garder ce niveau de service jusqu’en 2039, date de la fin de la concession car, en plus de la construction d’un ouvrage de qualité et de sa mise en service dans les délais, on est responsable de l’ouvrage jusqu’en 2039’’, a-t-il rappelé.

Cependant, a précisé M. Payerne, pendant 30 ans, l’Etat du Sénégal ne supporte aucun coût de maintenance de cette autoroute. ‘’Ces coûts sont assumés intégralement par le concessionnaire qui va se rémunérer sur le trafic, mais le concessionnaire prend le risque du trafic car s’il y a moins de trafic, il y a moins de revenus et l’Etat ne va pas nous compenser’’, a-t-il souligné.

‘’Nous avons pris un risque, car c’est la première concession autoroutière d’Afrique de l’Ouest où un investisseur privé vient prendre le risque d’investir et de se rémunérer sur le trafic. Changer les tarifs, c’est changer le business plan et c’est un nouveau risque. Je pense que la concession est un peu jeune’’, a noté l’opérateur, se félicitant aussi de la création de plus de 1000 emplois.

En outre, M. Payerne a rappelé que l’exploitation de ce trafic autoroutier à la sortie de Dakar dégage 200 millions de francs par mois, sous forme de TVA pour l’Etat du Sénégal. ‘’C’est quand même une bonne affaire, a-t-il soutenu. Il y a également (d’autres) retombées fiscales, car SENAC SA va payer l’impôt sur les sociétés.’’

Les commentaires sont fermés.