Modern technology gives us many things.

3ème sommet arabo-africain: les “experts” ont entamé leur travail

sommet arabo africainLe top départ du 3e sommet arabo-africain a été donné, ce jeudi 14 novembre, avec le démarrage des travaux des « experts ». Ils sont arrivés des pays africains et du monde arabe et étaient réunis dans la salle de conférence d’un grand hôtel, au sud de Koweït City, la capitale du pays hôte. Plusieurs discours ont marqué la séance d’ouverture. Il y avait notamment les messages du représentant de la Ligue arabe et celui du représentant de l’Union africaine. Cette séance était présidée par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères du Koweït, Khaled Elghara Lah. Celui-ci a appelé à plus de « volonté » dans la quête du « renforcement de la coopération ». Pour ce faire, il a suggéré que se tiennent des « réunions annuelles » pour évaluer et ajuster les actions de consolidation de la coopération entre l’Afrique et le monde arabe. L’hôte a par ailleurs recommandé aux participants d’aider à créer un cadre propice à la coopération tant souhaité. « Il faut créer une atmosphère favorable à la coopération, promouvoir des lois qui favorisent celle-ci », a-t-il insisté. Expliquant que l’objectif est de « relever le niveau de vie de nos populations ». Les « experts » achèvent leurs travaux, qui se déroulent à huis clos, vendredi. Ils précèdent les ministres des Affaires étrangères dont ils sont chargés de préparer les dossiers. Ces derniers prépareront, à leur tour, la réunion au sommet entre les Chefs d’État et souverains dont l’ouverture officielle est prévue le mardi 19 novembre. L’immigration en discussion Au cours des débats, la question de l’immigration sera sans doute l’un des sujets majeurs. L’Éthiopie qui co-préside avec le Koweït le sommet, l’a inscrite au menu dès la première journée. Pour la chef de délégation éthiopienne, « il est démontré » que les migrations des peuples participent au développement, non seulement des pays d’où viennent les immigrés mais aussi des pays qui les reçoivent. C’est « un facteur de prospérité » pour chaque partie, a-t-elle déclaré. Faisant allusion aux récentes tragédies en Italie, elle a souhaité qu’il y ait des réflexions sur « les conditions » de l’immigration. Notons que plus de 130 immigrés en provenance d’Afrique, pour la plupart, avaient péri au large de l’Italie, début octobre. Créant ainsi une vague d’émotions dans le monde entier. Ces migrants voyageaient en toute clandestinité et leur bateau avait coulé.

 

(Fraternité Matin 14/11/13)

 

Les commentaires sont fermés.