Biagui1xibaaru.com  – Comme tout le monde le sait, nous sommes un fieffé partisan de tous processus qui participent de ce que nous concevons comme « une introspection prospective et salubre », y compris surtout lorsque nous nous estimons devoir prendre la pleine mesure de trois décennies de guerre en Casamance. Aussi, est-ce dans le cadre d’un tel exercice qu’une question, une seule question, hante nos nuits : Pourquoi les dirigeants de notre pays, ceux d’hier comme ceux de nos jours, n’aiment-ils pas, ou pas assez, la Casamance ?

C’était vrai hier, avec le président Léopold Sédar Senghor qui, pour ne pas avoir à gérer le « problème casamançais » encore latent, s’est barré du pouvoir pour aller se réfugier auprès de l’Académie Française.

En effet, une première lettre en date du 25 décembre 1980 puis une seconde du 22 avril 1981, que lui avait adressées l’abbé Augustin Diamacoune Senghor, ne consistaient-elles pas déjà en une volonté, de la part du futur secrétaire général du MFDC, d’actualiser le « problème casamançais » ? Quant au président Abdou Diouf, n’en parlons pas ! Son amour pour la Casamance frise presque naturellement la haine.

L’amour du président Abdoulaye Wade pour la Casamance, lui, se réduit plutôt à son amour pour sa mère, dont il dit être d’origine casamançaise. Quid alors du présumé amour du président Macky Sall pour la Casamance ?

Sources : scoopdeziguinchor

PARTAGER