Modern technology gives us many things.

Conflit syrien. L’arme de la désinformation

Alors que ses alliés libanais observent la plus grande prudence en ne s’aventurant pas sur l’identité du ou des parties qui seraient derrière le double attentat à la voiture piégée ayant ciblé les mosquées sunnites El-Taqwa et El-Salam à Tripoli, ville du Nord-Liban, l’opposition syrienne n’a pas hésité elle à l’imputer au régime de Damas. El-Qaïda, et c’est le fait nouveau, en accuse pour sa part le Hezbollah.

Pour ceux qui prennent pour argent comptant ce que leurs adversaires déversent sur le régime syrien et le Hezbollah, l’implication de l’un ou de l’autre apparaît l’évidence même. Ils font d’autant foi à l’accusation que tout dans ce double attentat les autorise à y voir la main de l’un ou de l’autre. Pour qui tient à la responsabilité du régime de Damas, celle-ci ne ferait pas de doute du moment que l’attentat s’est produit à Tripoli, fief des forces politiques libanaises anti-régime Bachar El-Assad. Il s’en explique la raison en arguant que Damas a frappé dans cette ville pour à la fois terroriser ses ennemis libanais et détourner l’attention internationale du massacre à l’armement chimique que ses forces loyales sont accusées d’avoir perpétré à El-Ghouta, non loin de la capitale du pays. Celle du Hezbollah est tout aussi indiquée pour ces milieux car l’attentat de Tripoli est intervenu quelques jours seulement après l’attaque du même genre dans un quartier de la banlieue sud de Beyrouth bastion de ce parti. De ce fait, le raccourci est tentant de voir dans le double attentat de Tripoli la réplique du Hezbollah à celui de Beyrouth Sud.

Mais ce qui apparaît limpide cache trop souvent des réalités que la propagande et la désinformation empêchent de percevoir. Si le régime syrien a effectivement des raisons de s’en prendre au Liban aux forces de ce pays qui soutiennent et aident son opposition armée et que le Hezbollah pourrait avoir été tenté de « tirer vengeance » de ceux qui l’on défié dans son bastion, il existe d’autres parties qui ont elles aussi des raisons à vouloir plonger le Liban dans le même chaos que celui qui est en train de détruire la nation syrienne. Israël et El-Qaïda entre autres. Une guerre civile au Liban, n’est-ce pas une situation qui arrangerait lsrael en rendant moins dangereuse la menace que le Hezbollah représente pour sa sécurité nationale ? Et cette même guerre civile qui prendrait la forme d’une guerre de religion ne permettrait-elle pas à El-Qaïda de s’implanter dans le pays ? Et d’autres encore qui pourront y trouver prétexte pour prendre l’initiative de l’intervention armée qu’ils n’ont pu faire entériner dans le cas du conflit syrien contenu dans les frontières du pays.

Dans la guerre psychologique et de désinformation menée contre le régime syrien et ses alliés, il n’est pas fait dans la dentelle. Ceux qui la leur font ne reculent devant rien et pas devant le mensonge et l’affabulation, sachant que plus ceux-ci seront énormes, plus ils ont de chance d’atteindre le but recherché par qui les sèment. On le constate au nombre de qui les gobent comme étant des vérités qui expliquent tout ce qui se passe en Syrie et au Liban.

Les commentaires sont fermés.