Modern technology gives us many things.

Procès en Appel de Khaf…Le juge Demba Kandji modifie tout

Le procès en appel de Khalifa Sall et de ses co-prévenus poursuivis dans l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar débute aujourd’hui. C’est le premier président de la Cour d’appel, le juge Demba Kandji en personne, qui va présider l’audience.

Ce dernier a fait une ordonnance en modifiant la composition de la deuxième Chambre correctionnelle de cette juridiction qui va juger l’affaire Khalifa Sall opposant au ministère public. Auparavant, cette juridiction était composée du président Amady Diouf, et de ses deux conseillers Seck Diouf et Hamady Diallo. Le juge Demba Kandji aurait justifié sa présence en visant les articles 51, 68 de la loi organique n°92-27 du 30 mai1992 portant statut de la magistrature, la délibération de l’Assemblée générale de la Cour d’appel de Dakar en date du 30 novembre 2017 ; les dispositions des articles 368, 386 et 387 combinés du code pénal et enfin… les nécessités de service. Et, il a choisi comme conseillers Amady Diouf et Mamadou Cissé Fall.

Le banc du ministère public va connaître un changement. En effet, pour le respect du parallélisme des formes, c’est le patron, Lassana Diaby lui-même qui va monter au créneau en lieu et place de son substitut, rapporte « Les Echos ». Qui signale que du côté de la défense, l’on s’inquiète de ces changements.

« Quand le Président Malick Lamotte prend le dossier sur Maguette Diop, on peut comprendre, puisque ce dernier était soupçonné d’être proche du régime. Mais pour ce qui est du juge Amady Diouf, on ne peut pas dire qu’il est proche du régime« , s’alarme-t-on. Si on a une raison de le récuser, nous le ferons. »

Par ailleurs, les avocats de Khalifa Sall disent ne pas avoir reçu jusqu’à hier soir leur convocation pour le procès. Ils affirment, d’après la même source, que le dossier n’est pas en état d’être jugé.

Dans cette affaire, Khalifa Sall et Yaya Bodian sont les seuls à faire appel du jugement rendu premier instance.

Ils ont été condamnés à 5 ans de prison ferme et 5 millions d’amende. Mbaye Touré qui avait écopé des mêmes peines que Khalifa Sall, n’a pas fait appel tout comme le reste qui avait pu humer l’air de la liberté.

Source les Echos

Les commentaires sont fermés.