Modern technology gives us many things.

Et si le Président Sall était allergique aux opposants ?

Bienvenue au Sénégal, pays situé à l’extrême ouest de l’Afrique et caractérisé par son régime dictatorial asphyxiant où la liberté d’expression est quasi inexistante et où le droit d’opposition est devenu un luxe chimérique. Un pays, où son excellence le président Macky Sall est reconnu comme étant le frère spirituel de Kim Jong UN, président de la Corée du Nord, tant leurs pratiques semblent être en symbiose.

Ayy astaghfiroullah, waa mane mangui déliré di.

Je me rectifie donc. Le Sénégal est certes connu, depuis qu’il a été sous le joug du regretté président Senghor jusqu’à Abdoulaye Wade et même Macky Sall, comme étant un pays démocratique où les droits des uns et des autres sont respectés et librement exercés. Sa démocratie est louée et pris en exemple par ses autres voisins d’Afrique.

Mais cette démocratie apparente, semble voiler une certaine aversion envers l’opposition. L’on se souvient du cas Senghor et Mamadou Dia. Abdou Diouf qui renchérit à son tour en mettant Abdoulaye Wade, qui deviendra son successeur par la suite, en prison. Ce dernier au lieu de riposter par une rupture, perpétue cette pratique. On se souvient tous du cas d’Idrissa Seck qui a vu sa carrière politique voler en éclat depuis cet évènement. Et pour ne pas manquer à la réitération de cette manie, qui devient dorénavant une tradition incontournable pour le pays : l’actuel dignitaire, son excellence, notre lion national n’est pas laissé en rade.

En effet, depuis son accession au pouvoir, son excellence semble être prise d’une maladie foncièrement grave. Une pathologie visiblement incurable et dont la sévérité s’accroit de jour en jour. Waa doungueine ma ladj louko dalle ? Enfait il est tout simplement allergique à l’opposition. Si si, son excellence est trop souffrant ndeyssane et pour guérir il doit avoir recours à des médicaments vraiment efficaces et agissants.

D’abord il a eu recours aux antihistaminiques qui ont pour rôle de bloquer les histamines. En quoi faisant ? Eh bien tout simplement, en ayant pris en otage ses adversaires politiques les plus populaires et donc les plus redoutables à savoir : Moustapha Niasse et Tanor Dieng.

Normalement, il devrait se sentir soulagé puisque ces médicaments semblent être d’une efficacité inouï. Mais apparemment, non… febarrou Macky bi daal degueur neuh bopou.

Ainsi il s’est prescrit des décongestionnants censés soulager la congestion du nez et du sinus. Son excellence et ses acolytes se sont adonnés à la dé-crédibilisation de ses adversaires à savoir Abdoul Mbaye qui a vu le procès sur son divorce rendu publique au grand jour et sa vie privée bafouée ndeyssane. Niounei déta waay, il condamne Karim Wade, le fils de son prédécesseur Abdoulaye Wade, et futur candidat aux présidentiels de 2019 pour le PDS, à l’exil.

Wa khana légui nak, vue l’efficacité de ces deux médicaments, son excellence devrait être guéri une bonne fois pour toute ? La réponse est malheureusement non, Febarrou notre lion national bi daal dou ayy thiakhane ndeketei.

Ceci étant, il était temps pour lui de sortir l’artillerie lourde, de prendre des mesures drastiques et draconiennes, de regler le problème sans ménagement, donc place maintenant aux corticostéroïdes qui sont réservés aux problèmes d’allergie plus grave car mome katte liko dalle daffa moudie meti… bi febarre. Ainsi on assiste à l’enfermement de Khalifa Sall, l’héritier incontestable et incontesté du parti socialiste sans compassion ni remords et sous le silence assourdissant de Tanor Dieng.

Vu tous ces phénomènes politiques qui ont eu lieu dans notre cher terroir, vous devez maintenant être à même de comprendre mon lapsus du début. Cette aversion est un véritable handicap pour notre pays, faisant de l’opposition un délit sous peine d’enfermement pour certains, d’exils pour d’autres et de l’impossibilité d’exercer pour pas mal.

Ces pratiques, aussi lointaines soient-elles sont très loin de l’image qu’on se fait d’une vraie démocratie. Ainsi, les fondements de notre nation doivent être revus, aujourd’hui plus que jamais.

 

NDACK NDIAYE

Les commentaires sont fermés.