Modern technology gives us many things.

Parrainage: Me Abdoulaye Tine dénonce “un projet d’attentat au…”

L’USL dénonce fermement le projet de loi visant à instaurer un système de parrainage des candidatures à la présidentielle de 2019 selon lequel chaque prétendant devra recueillir les signatures d’au moins 1% des électeurs inscrits sur les listes électorales dans 7 régions différentes.
Ce texte constitue « un projet d’attentat contre le pluralisme politique et démocratique dans notre pays » selon L’USL. “La démocratie ne peut pas et ne doit pas être réduite à une affaire de grand ou de petit parti.
En effet, au moment de l’élection présidentielle, tout acteur du  jeu politique, quelle que soit la taille de sa formation doit pouvoir exprimer librement sa vision sur les problèmes du pays ainsi que les solutions qu’il préconise.
Selon le parti, ce projet traduit de la part du régime une ultime volonté de manipuler des règles constitutionnelles et républicaines, ce qui est indécent du point de vue de l’éthique démocratique.
Le procédé est d’autant plus déloyal et condamnable qu’il intervient à quelques mois de l’élection présidentielle qui aura lieu le 24 février 2019.
Dans la mesure où aucun consensus n’a pu être dégagé concernant cette question, l’adoption rapide du projet en Conseil des Ministres n’est ni plus ni moins qu’un simple « forcing » politique pour un gouvernement en désespoir de cause.
Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un projet techniquement mal venu : le gouvernement qui n’a pas été capable d’assurer l’inscription à temps de tous les sénégalais dans le nouveau fichier électoral devrait bien s’abstenir de toute tentative d’instauration d’un nouveau mécanisme qui reposerait sur une base de données et une matrice électorale qui sont à ce jour inachevées.
Pour toutes ces raisons, l’USL demande le retrait de ce projet de loi et reste mobilisée pour le respect de nos règles démocratiques et républicaines.
Me Abdoulaye TINE, Président de l’Union Sociale Libérale (USL)

Les commentaires sont fermés.