Modern technology gives us many things.

« Le parrainage est utile pour dissuader les farfelus et les rigolos »

L’ancien député de Rewmi a officiellement procédé au lancement du Parti africain du renouveau libéral (PAREL). Comme toute formation politique, le PAREL a des ambitions mais Oumar Sarr dit se retrouver dans la vision du chef de l’Etat Macky Sall et approuve les avancées notées au niveau économique. Ce d’autant plus qu’il entretient avec l’homme de très forts liens d’une amitié qui a débuté bien avant sa rencontre avec Idrissa Seck. C’est donc naturellement qu’il a répondu à son appel pour travailler dans l’intérêt du Sénégal.

Interpellé en marge de cette rencontre sur le parrainage qui divise l’opposition et le pouvoir, Oumar Sarr s’est voulu clair : « La question du parrainage est sérieuse. Les Sénégalais ne doivent pas avoir la mémoire courte. Lors de la dernière élection législatives, tout le monde a souffert du nombre extraordinairement élevé des listes. Et ce pays a des institutions. C’est le chef de l’Etat qui est la clé de voûte de nos institutions, donc si un désordre perdure, la seule responsabilité incombera au président de la République. Il a appelé à une concertation des partis politiques dans leur totalité. Evidemment, on ne peut pas avoir un consensus à 100% des décisions, sinon l’opposition n’aurait pas sa raison d’être. Donc, je comprends parfaitement qu’une certaine opposition dise non, mais le parrainage est utile pas pour Macky Sall mais pour les citoyens sénégalais dont on utilise les deniers pour acheter le matériel électoral. Le parrainage pourrait dissuader tous les farfelus, tous les rigolos qui veulent être candidats alors qu’ils n’en ont pas la capacité ».

C’est pareil pour la pléthore de partis politiques. « On ne peut pas interdire la création d’un parti mais on peut exiger des conditions qui rendrons difficile l’existence d’un parti. Ce, en imposant à tous les partis de disposer d’un siège, de tenir des congrès, de faire la formation pour ses militants, etc. Tous les partis qui n’auront pas répondu à ces exigences vont disparaître d’eux-mêmes », a dit Oumar Sarr. Pour lui, la rationalisation des partis politiques pourrait freiner la corruption qui gangrène notre société. « Il faudrait aussi qu’on pense au financement des partis politiques. S’ils sont financés par des deniers du Sénégal, il n’y aurait pas d’autres personnes très obscures, venus d’on ne sait où, qui viennent financer d’autres individus, mettent le désordre dans notre pays parfois même mettent en péril notre paix », a-t-il ajouté. A l’en croire, comme en France où Sarkozy a été mis en examen pour un présumé financement de fonds libyens pour sa campagnes de 2007, le Sénégal devrait exiger la même chose de ses hommes politiques.

Les commentaires sont fermés.