Modern technology gives us many things.

Processus électoral : la société civile prône un dialogue sur les points de divergences

La Plateforme de la société civile regroupée autour du COSCE et de la PACTE s’est réunie le mardi 20 février 2018 à l’effet d’évaluer sa participation au Cadre de Concertation sur le Processus Electoral  et les conclusions auxquelles il a abouti.

Analysant les résultats des concertations tel que cela ressort du rapport général, la Plateforme se félicite du climat dans lequel elles se sont déroulées et ont permis aux différents pôles représentés de défendre leurs positions et points de vue dans le respect du code de conduite élaboré de manière consensuelle.

Toutefois, au regard des résultats obtenus après deux mois de discussions, la Plateforme de la société civile constate pour le regretter que sur les huit thèmes retenus dans les termes de références, deux seulement ont fait l’objet d’accords fermes. Il s’agit des points relatifs :

  • A l’évaluation du processus de refonte partielle des listes électorales ;
  • A la nécessité de réaliser un audit indépendant du fichier électoral.

Ceci est largement en deçà des attentes nourries par l’opinion pour l’organisation d’élections sincères, crédibles et apaisées. C’est pourquoi, la Plateforme COSCE-PACTE déplore les conditions dans lesquelles ces concertations se sont tenues avec notamment :

  • L’absence d’un environnement politique et des prés requis indispensables susceptibles de restaurer la confiance et la sérénité entre les acteurs politiques
  • La non-participation d’une partie importante de l’opposition à ces concertations ;
  • L’incertitude qui plane sur les décisions que pourrait prendre le Président de la République sur les questions faisant l’objet de désaccords ;
  • Le sort incertain réservé aux recommandations.

Pour toutes ces raisons, la société civile, soucieuse de la préservation des règles du jeu garantissant des élections pacifiques et transparentes, invite l’ensemble des acteurs,principalement  le Chef de l’Etat, à renouer les fils du dialogue sur les points de divergences et les questions non entièrement épuisées.

Enfin, la Plateforme COSCE-PACTE demande au gouvernement :

  • De créer les conditions pouvant permettre aux sénégalais qui  se sont inscrits de disposer de leur carte d’identité dans les meilleurs délais, de faciliter au maximum les conditions d’inscription et de retrait des cartes pour les citoyens lors de la prochaine révision des listes électorales.
  • De consolider les résultats de l’audit du fichier en prenant notamment les dispositions appropriées pour corriger les imperfections relevées et procéder, dès la fin des opérations de révision des listes électorales à un audit de certification du fichier en vue de rassurer tous les acteurs.

 

Fait à Dakar, le 21 Février 2018

 

POUR LE COSCE 

Pr. Babacar GUEYE                                                                                        

POUR LA PACTE                                                                                

Abdou El Mazide NDIAYE

Les commentaires sont fermés.