Modern technology gives us many things.

Mankeur Ndiaye : « L’un des points essentiels du processus ITIE est la fiabilité des données »

Le président du Comité National ITIE Sénégal était à Norvège pour participer à la réunion du Conseil d’Administration de l’ITIE. Mankeur Ndiaye a rappelé dans son discours quelques aspects liés à la mise en œuvre de l’ITIE au Sénégal en mettant l’accent sur le contexte, les impacts et les nouveaux défis.
Pour le contexte, M. Ndiaye a indiqué que le processus bénéficie d’un soutien constant et élevé de la part de l’Etat et de toutes les parties prenantes et récemment renouvelé en Conseil des ministres par le président de la République le 17 janvier 2018. En ce qui concerne les impacts de l’ITIE au Sénégal, Mankeur Ndiaye a estimé que la mise en œuvre de la Norme ITIE au Sénégal a permis de réaliser en quatre années, des progrès importants dans le cadre de la promotion de la transparence dans les industries extractives. « Les progrès les plus importants sont entre autres l’accès à l’information sur le secteur extractif, la publication des contrats miniers et pétroliers, le renforcement du débat public et le dialogue entre les acteurs, l’amélioration du cadre juridique et institutionnel, la prise en charge des Exigences de la Norme ITIE dans le fonctionnement des administrations et le renforcement des capacités des acteurs », a-t-il dit.

A l’en croire, l’un des points essentiels du processus ITIE est la fiabilité des données. C’est pourquoi, l’intervention de la Cour des comptes dans la procédure de certification des données des Administrations à travers un Protocole d’accord avec le CN-ITIE est un acquis important.

Le nouveau Code minier adopté en Novembre 2016, des dispositions concernant la transparence du secteur extractif furent introduites notamment l’obligation pour les compagnies minières de déclarer leurs paiements ainsi que la déclaration des revenus miniers. Aussi, les réformes annoncées (code pétrolier et loi d’orientation) contribueront davantage à améliorer la cadre de la gouvernance des industries extractives.

En dépit des progrès réalisés, indique l’ancien ministre des Affaires étrangères, des défis se posent et nécessitent de nombreux efforts du côté des pouvoirs publics. Ces défis sont l’intégration effective de l’ITIE dans les systèmes d’information des administrations et la mise en place d’une base de données sur la propriété réelle des entreprises

« Enfin, je voudrais dire un mot sur la validation. Aussitôt que, nous avons reçu le rapport de collecte initiale des données et celui du validateur indépendant, le Groupe multipartite s’est réuni pour formuler des commentaires et les a envoyés dans les délais. Des informations complémentaires ont été publiées sur notre site internet et des réponses clarifiant le rôle des entreprises d’Etat et les données de production ont été transmises », a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.