Modern technology gives us many things.

Le Président Macky dans le concret et l’opposition dans le tâtonnement

Le jeu politique sénégalais est nourri d’une démocratie vivante dont l’acuité alimente même parfois des folies et des dérapages. L’autorité politique et institutionnelle de divergence et de convergence est le Président Macky Sall.  Mais le Sénégal serait dans le chaos s’il avait cédé aux provocations des détracteurs ou aux bravades des haineux. Le Sénégal est sur une bonne orbite. Les signaux sont au vert. De grands objectifs codifiés dans le PSE sont atteints et les autres en cours de réalisation. La chance du Président   Macky Sall est de disposer de braves gens dévoués au cœur d’une équipe gouvernementale intelligemment managée pour une atteinte des objectifs. Et comme un cheval au galop, le Président Macky Sall pose ainsi chaque jour les jalons d’un étalon et le Sénégal gagne !

 

La ruée de ses proches engagés et fidèles, composés   de Femmes et d’Hommes d’Etat vers le Président Macky Sall est un engagement citoyen et patriotique pour le triomphe de son programme de développement. Les principaux atouts de la République :  L’addition de forces politiques, la conjugaison d’intelligences et l’unification des énergies est la raison des prouesses économiques et sociales réalisées jusqu’ici par Macky Sall. Un esprit citoyen exige appui patriotique pour une raison : la République est la propriété collective du peuple. Et c’est indubitablement pour cette raison que l’APR est un parti républicain dont le fondateur Macky Sall, démocrate par nature et par option, fait du principe de résultats et de reddition des comptes une obligation incontournable.

Les citoyens participent aux choix politiques. Les enjeux sont donc délicats.  Mais Macky Sall a ainsi réussi à fédérer autour de sa personne et de son programme l’écrasante majorité des forces politiques du Sénégal. L’adhésion des masses à sa politique et l’approbation des résultats de son action relèvent de l’évidence. Le Sénégal est en chantier. Nul ne peut nier que le ciel est au dessus du monde comme nul ne peut nier les actes majeurs et inédits posés par Macky Sall pour le bien-être collectif. De la baisse des prix des denrées alimentaires, à la baisse de l’impôt sur le revenu en passant à celle du prix du loyer et de l’électricité, du drainage des quartier pour endiguer les invivables inondations à la construction de milliers de logements sociaux, les exploits sont immenses.

Macky Sall a, en virtuose et homme d’Etat averti, endigué le déficit budgétaire, la dégradation de la balance commerciale, la vulnérabilité de l’Agriculture, la mise en apnée des revendications sociales et la maitrise intelligente de l’inflation. Le taux de croissance qui est de plus de 6% vise les deux chiffres, une première au Sénégal.

Pour la première fois au Sénégal, un programme spécial est exclusivement conçu pour les populations du monde rural. C’est le « Joni Joni du PSE » :  Le PUDC, qui est un agenda de développement révolutionnaire qui permet au monde rural de bénéficier d’une vie communautaire moderne au moyen de services sociaux de base et d’infrastructures socio-économique. Le développement n’est donc pas   à concevoir pour le monde urbain uniquement « mais pour tous et pour partout ».  Pourtant, Macky Sall a le génie de faire face à une opposition encore disparate, hétéroclite et concurrentielle en sein et n’ayant pour programme que la diabolisation gratuite. L’APR est animée et il ne s’agit point de désordre, ni de trouble encore moins de tohu-bohu mais l’expression d’une vivacité démocratique et d’une ambition de chacun et de tous de vouloir donner au parti le meilleur d’eux-mêmes. Un parti désertique ne connait pas de choc d’ambitions. Un parti aride, improductif et somnambule ne fait jamais l’actualité.

Face aux enjeux de développement, Macky Sall répond par des actes et une crédibilité fructueuse et fructifiant qui explique la bousculade des investisseurs et des partenaires au développement aux portes du Sénégal. Les performances économiques, financières et sociales sont donc l’expression d’une avancée sans appel. Elles sont des acquis à consolider. Et lui donner une majorité forte et confirmée permet au Sénégal de poursuivre sa marche irréversible vers l’Emergence.

A cet effet, j’invite personnellement la coalition Benno Book Yakaar à consolider son unité et affermir ses forces politiques pour le triomphe des idéaux de développement prônés par le Président Macky Sall pour l’intérêt exclusif de la Nation.

 

Une opposition en perte de vitesse

 

Malgré les apparences et nonobstant les multiples sorties au vitriol contre le Pouvoir, le jeu démocratique sénégalais est altéré par l’absence de leadership de l’opposition, une opposition disparate, aigri contradictoire, et totalement animée par des rivalités personnelles entre chefs de partis.  Mieux le Sénégal est en face d’une opposition qui s’inscrit dans le mensonge, des calomnies et de critiques infondés et incertaines. Mais on leurs comprends car ils sont dans une peine perdue incapable de proposer un programme mieux que le Plan Sénégal Emergent (Pse). La démocratie aurait pu être opérante si le Pouvoir avait en face de lui un leader crédible et irréprochable qui soit le redoutable challenger du Président Macky Sall et le point de convergence de toutes les forces de l’opposition. Mais la physionomie de l’opposition avorte ses plans car elle a tout d’un groupuscule animé de mauvaise foi, ce qui en fait un bloc bloqué qui ne regarde que ses intérêts et non celui du peuple.

 

Le leader de l’APR et de Benno Bokk Yakaar qui constituent la majorité présidentielle est bien Macky Sall. Mais qui est le leader de l’opposition ? Qui est le principal challenger de Macky Sall ?

 

C’est l’énigme du jeu politique sénégalais. Aucun chef de parti de l’opposition ne présente encore un programme alternatif et ne s’érige en force politique qui inquiète. Le seul argument servi dans les média, leur unique lieu d’expression et d’existence politique, est la personne de Macky Sall et amplement sa famille.

 

Et dans les coalitions de circonstance que mettent sur pieds les chefs de ces partis de l’opposition, personne n’a confiance en personne, chacun surveille chacun et contrôle tout le monde. Ayant été tous au pouvoir dont ils se sont enchéris illicitement en face de tous les sénégalais. Aujourd’hui, ils vivent un drame, celui de se retrouver loin des préséances, des prépotences et des protocoles. Ils sont tous plus animés par une malhabile animosité contre la personne de Macky Sall qui détient le pouvoir. Aucun chef de parti de l’opposition ne s’illustre par une vision politique d’avant-garde et de propositions. Composée d’un ancien Président de l’Assemblée nationale et puis du Sénat, d’anciens Premiers Ministres, d’anciens Ministres d’Etat et d’anciens Membres du Bureau de l’Assemblée nationale, le retour au Pouvoir est leur seule obsession.

 

Malheureusement, aucun de ces partis ne détient une capacité de mobilisation qui puisse impressionner. Les plateaux de Télévision, les studios de radios, les pages d’organes de presse écrite et tribunes de Mouvements activistes et de structures de la Société civile purement politiques sont leur unique espace d’expression et de visibilité avec comme slogan Tout Sauf Macky !

 

Des adversaires du Président Macky Sall avec des forces faibles

 

Les partis de l’opposition sont nombreux. Mais ils sont tous des partis personnes et non des appareils politiques de programmes. La récente coalition mise sur pieds Manko Wattu Sénégal est une trouvaille drôle à cause de son soubassement abusif et outré qui donnerait l’image d’un Sénégal au bord du chaos alors que ceux qui en ont donné le paradigme se vautrent dans leurs espaces de vie paradisiaque grâce à la paix et à la stabilité nationale consolidée.

 

Les forces de l’opposition sont ainsi faibles. La problématique de Têtes de listes se pose à elles.

Aucun leader n’imagine se ranger, par sacrifice, honnêteté, altruisme et patriotisme, derrière un autre. Les Idrissa Seck, Pape Diop, Abdoulaye Baldé, Abdoul Mbaye savent bel et bien qu’ils sont dans l’intoxication en se disant, « souteneurs » de Khalifa Sall.  Quelle contradiction ! je m’en arrête là et suivez mon regard.

Aujourd’hui je prends les sénégalais en témoin que l’affaire Khalifa Sall est purement politisé devant l’opinion par des brebis galeuses composées en majorité d’opposants qui sont à la recherche d’un schéma politique, qui surement fera rire aux esprits bien lucides. Comment peut -on soutenir un Edile qui s’est permis d’impliquer dans un détournement de derniers publics avec 30 millions de nos francs chaque mois pendant des  années consécutives, avec de fausses factures, et des aveux venant de son cabinet particulièrement avec le Directeur Administratif financier qui en aucun cas  n’ y est allé sur quatre chemins pour avouer devant les enquêteurs  qu’il remettait personnellement l’argent à Khalifa Sall . Ce dernier devant les enquêteurs n’a ni démenti en bloc en détail ou en conséquence les aveux de son plus proche collaborateur. Aussi avec un GIE fictif reposant sous aucun fondement.

Aujourd’hui,  nous sommes en face d’une opposition vraiment malhonnête , mais bloqué. Totalement bloqué !

 

Djaraf Ndao

Membre du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (Hcct)

Responsable de l’Alliance pour la République (Apr) aux Hlm

Les commentaires sont fermés.