Modern technology gives us many things.

Procès Khaf: “L’Etat doute de la compétence des avocats qu’il a commis”

Après une courte pause suite à des perturbations, le procès Khalifa Sall repris dans le calme.

L’avocate de la défense, Me Borso Pouye est la première à prendre la parole sur la question de la recevabilité de la constitution de l’Etat en tant que partie civile dans cette affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. La robe noire à tenu à faire une précision : «  Nous ne sommes pas des crieurs publics, loin de là, nous sommes des avocats, nous n’avons pas besoin d’invectives », a-t-elle tenu à rappeler.

Citant plusieurs dossiers où  l’agent judiciaire a sollicité sa mise hors de cause, l’avocate a indiqué que  l’Etat du Sénégal n’a pas sa place à ce procès : «  Il ne s’agit pas de deniers publics mais de deniers provenant des recettes de la mairie de Dakar. Par contre, la mairie a un intérêt à agir, le seul intérêt que je vois ici, c’est que l’Etat veut obtenir la tête de Khalifa Sall », a-t-elle indiqué.

L’avocate de préciser qu’elle n’a pas de problèmes avec l’agent judiciaire qui représente l’Etat, mais, c’est sa présence qu’elle n’arrive pas à comprendre : « j’ai beaucoup de sympathie pour lui mais c’est le débat du fond qui m’intéresse », a-t-elle dit avant de lancer : «  C’est indécent et inacceptable de la part d’un Etat digne de ce nom », a-t-elle soutenu avant de dire que si l’Etat a voulu faire la part belle  l’agent judiciaire, c’est surement parce qu’ «  il doute de la compétence des avocats qu’il a commis ».

Mariama Kobar Saleh

Les commentaires sont fermés.