Franchir le Rubicon. Ce choix cornélien de César a somme toute été le tournant de sa vie. S’il suit les injonctions du Sénat et reste au-delà de cette rivière, il ne sera, à jamais pour l’histoire, qu’un des innombrables généraux romains qui, au mieux, finiront bedonnants au Sénat. Au pire, ils seront assassinés par plus ambitieux qu’eux. Si par contre il franchit le Rubicon en armes, ce qu’il fera d’ailleurs dans une décision courageuse, il sera le maître de la moitié du monde connu d’alors, celui que des siècles et des siècles d’écoliers, d’historiens et d’hommes politiques prendront comme le modèle de l’audace. A moindre échelle certes, mais à choix difficile égal, Thierno Bocoum était confronté à son propre passage du Rubicon. Rester, pour on ne sait combien de temps encore, un second couteau ou assouvir sa propre ambition politique en volant de ses propres ailes ? Même si la seconde option est risquée et largement hypothétique, nous ne pouvons que le féliciter de l’avoir choisie. Thierno Bocoum, il n’est plus besoin de le présenter, est un des jeunes hommes politiques les plus prometteurs. Dans la mare à grenouilles qu’est la vie politicienne (nous disons bien politicienne) sénégalaise, il est encore un des rares à émerger par son éloquence, sa retenue et son analyse pertinente. Nous sommes loin d’être parmi ses partisans, juste un observateur objectif. Cependant son travail lors de la dernière législature n’a laissé personne de marbre et il faut rendre à César ce qui lui appartient. De sorte, son choix de démissionner de Rewmi est plus que pertinent. Pourquoi ? Les raisons ne manquent certes pas. La dégringolade de Idrissa Seck dans l’affectif des sénégalais est une raison première. La cabale politico-judiciaire des chantiers de Thiès lui avait donné un certain capital affectif (et électoral) auprès des sénégalais. Il n’a fait que saper ce capital, d’abord en renouant avec Wade, ensuite en menant une piètre campagne électorale lors des dernières présidentielles. Enfin… si on peut qualifier de campagne électorale l’occupation d’une place ponctuée de harangues plus ou moins inutiles. Ces déconvenues sur une dizaine d’années, la mauvaise stratégie politique de leader de Rewmi ne peuvent qu’interroger ceux qui ne sont pas fanatiques des échecs programmés. On voit mal comment Idy pourrait renverser la vapeur pour 2019, lui dont l’activité politique se limite à quelques déclarations impromptues, peut-être une fois chaque année. Cette stratégie ne peut satisfaire à coup sûr les jeunes cadres du parti qui eux aussi rêvent d’accéder aux affaires. Une seconde raison qui saute aux yeux est que le parti Rewmi est moribond, dans la même lignée que l’avenir politique de son leader. Idy se rêvait peut-être chef de l’opposition. Il se rêvait premier contradicteur de Macky Sall. Une telle charge est-elle compatible avec le camouflet subi aux élections législatives passées ? Déjà, l’assimilation du parti Rewmi dans une coalition où il n’était pas leader démontre de sa faible capacité de mobilisation. Comment donc, un parti leader de l’opposition ne peut pas présenter une liste à lui seul ?! Il est clair donc que cette position relève de l’utopie pour ce parti et illustre sa décrépitude lente mais sûre. Son leader n’est de plus pas en mesure de remporter son propre département. Pourtant, ce département et même toute la région de Thiès était aux pieds de Idy, pendant même l’ère socialiste. Cette défaite électorale semble être le chant du cygne de Rewmi. Chant du cygne car nous ne doutons pas que ses résultats électoraux iront de Charybde en Scylla. Thierno Bocoum quitte t-il le navire ? Sans aucun doute, oui et nous lui donnons raison, encore une fois ! Un bateau ivre avec un capitaine désorienté sans gouvernail, tout homme sensé le quitterait sans encourir le blâme. Il est certain que l’entreprise Rewmi est en échec et Idrissa Seck lui-même semble en être conscient. En réalité, nous pensons même qu’il est désabusé de la politique, sonné par sa défaite de 2012, défaite qu’il ne doit qu’à une stratégie des plus bancale. Qu’attendre donc de lui ? Il est normal et compréhensible que de jeunes ambitieux tentent aussi leur chance en tant qu’entrepreneurs politiques. C’est le cursus honorium qui l’exige, on ne peut attendre éternellement un leader condamné à la défaite électorale au nom d’une loyauté inexistante dans le monde politicien. Bocoum doit penser aux échéances présidentielles de 2024, il y pense sans aucun doute. Son envol est arrivé au bon moment. Cependant, quel sera le réel intérêt d’avoir un nouvel entrepreneur politique sur la scène sénégalaise ? Il faudra que Bocoum règle cette équation et prouvant qu’il n’est pas juste un surplus parmi la pléthore de chefs de parti. Cette bataille devra être menée par le biais d’un programme social qui alliera la démocratisation des institutions à la transparence de la gestion des ressources publiques. Il devra surtout faire la preuve que son entreprise politique vaut mieux que Rewmi qu’il a quitté, en se construisant une base électorale solide. Rendez-vous en 2022 !
Mouhamadou Ndiaye
Enseignant à l’Université de Bordeaux
Diplômé de l’université de Bordeaux et de l’IEP de Bordeaux
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here