coalition

Les élections législatives du 30 juillet 2017 ont fini de révéler leurs derniers secrets, après la publication des résultats provisoires qui ne souffrent d’aucune contestation sérieuse.

Malgré le tumulte auquel nous a maintenant habitués notre opposition, les résultats sont implacables : la coalition présidentielle, Benno Bokk Yaakaar rafle la mise avec 125 députés contre 19 pour la coalition Gagnante Wattu Sénégal, 07 pour Manko Taxawu Sénégal ,03 pour le PUR, 02 pour Kaddu Askan wi et les 09  pour les  « grand nains » qui se sont servis des restes.

Malgré quelques dysfonctionnements, faudrait-il en toute objectivité le reconnaitre,  constatés dans la confection et la distribution des cartes biométriques, la saisine du Conseil Constitutionnel par le Président de la République à la date du 24 juillet 2017 a permis à bon nombre  de Sénégalais non encore détenteurs de leurs nouvelles cartes de voter sur la base de leur récépissé accompagné d’une des pièces d’identification suivantes : ancienne carte nationale d’identité,  ancienne carte d’électeur, passeport ou certificat d’immatriculation pour les primos inscrits non titulaires des pièces d’identification ci-dessus énumérées.

Saisine que le Conseil constitutionnel a acceptée par décision  en date du 27 juillet 2017.

Ceci s’est traduit par un fort taux de participation (54%) jamais égalé, de mémoire de Sénégalais, à des élections législatives, ce qui donne plus de légitimité à cette treizième législature.

Pour preuve ce taux était de 34,7% en 2007 et 36, 67 % en 2012, donc largement en deçà de celui réalisé en 2017.

Les principaux enseignements qu’on peut tirer de ces élections que d’aucuns avaient fini déjà de qualifier de primaires pour les élections présidentielles de 2019, c’est qu’on sait maintenant et indubitablement qui est qui et qui pèse quoi.

Les grandes batailles annoncées dans différents  départements du Sénégal comme Dakar, Thiès, St Louis, Ziguinchor, Dagana, entres autres et menées par des hommes qui s’étaient déjà taillés des habits d’homme présidentiable ont toutes été remportées et largement par la coalition Benno Bokk Yaakaar.

Ainsi des hommes politiques comme Khalifa SALL, Idrissa SECK, El Hadji Malick GACKOU, Cheikh Bamba Dièye, Oumar SARR pour ne citer que ceux-là, laminés respectivement dans leur département par Amadou BA, Dr Augustin TINE, Mika BA, Mansour FAYE et Moctar CISSE doivent retailler ces habits trop amples pour leurs maigres carapaces et revoir leur soit disant destin présidentiel qui s’est écroulé comme château  de carte.

Comment quelqu’un qui n’est pas en mesure de gagner son département, ou parfois même son centre ou son bureau de vote, peut-il rêver remporter des élections présidentielles ?

De facto, ils ont fait un faux départ pour les élections présidentielles de 2019 et certains vont même jusqu’à affirmer que n’eût été la venue du Président Abdoulaye WADE, la défaite serait encore plus lourde.

Ce qui constitue sans nul doute un aveu d’échec de cette pseudo-opposition qui se cherche, qui a du mal à trouver ses repères et qui en, mauvais perdants, se réfugie dans une contestation stérile sans argumentaire digne de foi.

La contestation du mode de scrutin mixte avec une liste proportionnelle nationale et une liste majoritaire à la départementale n’est qu’une gesticulation puérile car ce n’est pas une trouvaille du Président Macky SALL et les règles du jeu étaient claires dès le départ.

La leçon à tirer c’est que les opposants doivent revenir sur terre et mettre de côté leur égo surdimensionné qui avait fini de faire voler en éclats leur semblant d’union pour une liste unique de l’opposition aux élections législatives.

Malheureusement pour elle le temps ne suspend pas son vol et 2019 c’est demain et il est presque impensable qu’elle puisse retrouver ses esprits d’ici là.

Pour les élections présidentielles de 2019, les populations ont déjà déroulé le tapis rouge au  Président Macky SALL qui, fort des importantes réalisations depuis son élection à la tête de la magistrature suprême en 2012, a de fortes chances, s’il termine les projets qu’il a entamés pour notre cher Sénégal, de ne pas trouver sur sa voie un candidat sérieux pouvant lui barrer la route et de l’empêcher d’avoir la majorité absolue dès le premier tour.

En effet, d’ici là l’aéroport international Blaise DIAGNE de Diass, l’autoroute Ila Touba via Thiès, le Train Express Régional, le Pôle urbain de Diamniadio, l’université de Kaolack, la deuxième université de Dakar, l’arène nationale, le Palais des sports seront des réalités incontournables.

Leur combinaison avec les projets déjà mis en œuvre tels que la Couverture Maladie Universelle, les Bourses familiales, le PUDC, le PAMU, les Domaines agricoles communautaires, la liste est loin d’être exhaustive, finiront par anéantir toutes les chances de cette pseudo-opposition.

L’exploitation judicieuse des découvertes sur le pétrole et le gaz sera un atout majeur pour l’émergence de notre pays et l’épanouissement de nos populations, soucis principaux du Président Macky SALL.

Ceci passera par la consolidation de notre coalition qui devra davantage travailler à taire les divergences et d’œuvrer  dans le seul objectif de donner la majorité absolue au Président Macky SALL dès le premier tour.

La gestion de proximité devrait être également de mise  pour une prise en charge réelle des problèmes des populations à la base.

Cela interpelle surtout nos collègues maires qui doivent redoubler d’efforts pour une bonne prise en charge des préoccupations de leurs administrés.

Vive la coalition Benno Bokk Yaakaar !

Vive le Président Macky SALL !

Tous pour un Sénégal émergent !

Unis, nous vaincrons !

 

 

Ibrahima Baba SALL

Député Maire de Bakel

 

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Dof khélam dou téye. Le plus grand hold up du siècle qui a consacré une victoire que la Macky peine à célébrer et recourt à la presse mange et les les intellectraitres pour tenter de masquer l’ignomie et l’infamie de l’acte. Le macky a poussé l’indécence jusqu’à débaucher des candidats régulièrement inscrits sur des listes de coalitions validées. Qui peut faire mieux. Le complexe de culpabilité a envahi le Macky obligeant son mentor à effectuer la Omra en oubliant qu’il y avait des préalables à accomplir avant ,c-à-d un repentir sincère et un Cafara obligatoire car les forfaits relèvent des grands péchés.

Comments are closed.