Ces événements se déroulent entre 06h et 06h, le jour des élections législatives du dimanche 30 juillet 2017 où les 47 listes sont en compétition pour les 165 sièges de l’hémicycle. Je m’appelle Pape Famara Camara, je suis citoyen sénégalais, cette journée de vote est la plus longue de ma vie.  

De 06h à 08h: Je me lève pour me préparer afin d’accomplir mon devoir citoyen en votant ma liste préférée, il y a une grande affluence de jeunes et d’adultes sur les lieux du centre de vote. Certains portent des t-shirts à l’effigie des leaders et le long du mur de l’école publique est tagué par les affiches des leaders des 47 listes. On peut noter la présence des forces de l’ordre et de vendeurs de café Touba et de petit-déjeuner au grand bonheur des « Ndiayene » et « Ndiobene »…

De 08h à 12h: C’est l’ouverture des bureaux de vote, il y a une énorme file qui s’apprête à entrer un à un. Un vieux fait 15 minutes avant de ressortir après une dame fait 20 minutes, un jeune fait 10 minutes et ainsi de suite, les électeurs commencent à deviner ce qui les attendent, ils commencent à râler. Certains commencent à perdre patience d’autres commencent à sortir du rang pour aller se reposer sous les arbres à cause de la fatigue d’autres décident de rentrer chez eux ne pouvant plus supporter ce supplice, peut-être c’est ce qui explique l’abstention de certains notamment mes proches je ne les vois toujours pas, est-ce que le peuple a tourné le dos aux politiciens, cette question est sur toutes les lèvres…

De 12h à 17h: Des personnalités politiques et élus locaux accomplissent leur devoir citoyen. Apres leur vote, certains tiennent un point de presse pour donner leur impression, montrer leur confiance à l’issue de ce scrutin et alerter l’opinion sur des soupçons de fraudes électorales…

De 17h à 18h: J’entre à mon tour et je trouve dans le bureau 47 représentants de chaque liste, 47 agents de la presse, 47 observateurs et 47 bulletins rangés sur plusieurs tables-bancs, je salue les membres du bureau de vote tout en leur présentant ma carte d’identité qui est aussi ma carte d’électeur pour vérification, conformément à la loi, je suis obligé de prendre tous les bulletins qui sont mis à ma disposition, je n’ai pas le choix. Je prends un à un les 47 bulletins avec une enveloppe et je me dirige vers l’isoloir trouvant déjà beaucoup de bulletins dans la poubelle et certains jonchent même le sol, je choisis le bulletin de ma liste pour l’introduire dans l’enveloppe. Je ressors pour aller la glisser dans l’urne tout en plongeant mon index dans l’encre indélébile, c’est en émargeant que je me rends compte du temps que les électeurs qui m’ont précédé ont mis chacun avant de sortir du bureau …

De 18h à 01h: C’est la fermeture du bureau de vote, on procède au dépouillement, la presse ne peut toujours pas avancer sur la question en ce qui concerne la tendance des résultats des élections à cause du nombre exorbitant de bulletins. Les citoyens restent à leur faim tout comme les leaders pour connaitre les résultats définitifs…

De 01h à 06h: Je ne peux plus tenir, je rentre chez moi me reposer, j’allume la radio pour savoir les résultats, tout ce que je retiens, ma liste a perdu les élections avec zéro député au compteur…

J’ai tenu 24 Heures Chrono pour en arriver là et moi qui pensais que le referendum du président Macky Sall qui a verrouillé le mandat présidentiel à 5 ans allait prévoir la limitation des listes pour les élections législatives en rationalisant les partis politiques même s’il permet à tous les sénégalais même de la diaspora d’être député à l’assemblée Nationale. Et si on continue par la même occasion de nous faire croire que ce nombre pléthorique de listes où l’impression des 350 millions de bulletins des 47 listes a coûté au contribuable environ 8 milliards de francs CFA est du fait que notre démocratie ait grandit dans la pluralité et l’équité alors là je n’y comprends plus rien en matière de politique …

Par Serigne Babacar Dieng 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here