femmes

Le Premier ministre et son gouvernement étaient à l’Assemblée Nationale pour répondre aux préoccupations des députés. En effet, cette avant dernière de la douzième législature a été l’occasion pour les élus de poser des questions en rapport avec l’actualité. Mais, comme on pouvait s’y attendre, la question du gaz et du pétrole ont été au cœur des débats.

Le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne a indiqué, lors de cette plénière, que ces ressources naturelles dont dispose le Sénégal sont en train d’être gérées en toute transparence. Se voulant plus clair, le chef du Gouvernement a expliqué que l’intérêt du Sénégal est pris en compte dans ce dossier qui est en phase d’exploration, contrairement à ce qui est en train d’être véhiculé par des gens malintentionnés. A l’en croire, si les exploitants de ce pétrole arrivent à sortir 500 barils par jour, 50% de l’exportation reviendra au Sénégal. Il a appelé les députés à la raison en leur rappelant que le code pétrolier a été voté à l’Assemblée Nationale en 1998.

Le porte-parole du gouvernement, Seydou Gueye, a trouvé cette séance de questions réponses entre le Premier ministre et les députés satisfaisante, « Le Premier ministre a montré les éléments de perspectives en termes de valorisation, de partage et d’exploitation du pétrole en préservant les droits des générations futures », fait savoir M. Gueye.

 

Pour sa part, Barthelemy Dias, dit ne pas être convaincu par les réponses apportées lors de cette face à face. Pour lui, le Premier ministre devait éclairer leur lanterne sur le nom du frère du Président de la République, Aliou Sall,  qui revient toujours dans le dossier du pétrole et pourquoi il doit faire partie de ceux qui doivent bénéficier des retombées de cette ressource naturelle du Sénégal.

PARTAGER