Modern technology gives us many things.

Youssouf Fofana de nouveau devant la justice pour extorsion de fonds et menaces de mort

Le chef du “gang des barbares” est jugé à partir de ce mardi pour des faits intervenus entre deux et quatre ans avant l’assassinat d’Ilan Halimi. Il menaçait des chefs d’entreprise de mort pour leur soutirer beaucoup d’argent.

Déjà condamné à perpétuité pour le meurtre en 2006 d’Ilan Halimi, enlevé, séquestré puis torturé par le “gang des barbares” dont il s’était proclamé chef, Youssouf Fofana est de retour devant la justice à partir de ce mardi. Il est cette fois jugé pour tentatives d’extorsions de fonds et menaces de mort. Des faits qui remontent à la période 2002-2004, où le Franco-Ivoirien est accusé d’avoir ciblés une quarantaine de chefs d’entreprise et de personnalités par appât du gain.

PDG de Rolex ou d’IBM France, ex-patron d’Arte, ancien président de Médecins sans frontières, présidents des directoires de BMW ou Conforama… la liste des victimes n’a pas été choisie au hasard. Chacune était supposée avoir les moyens de payer une rançon pouvant monter jusqu’à 500.000 dollars (475.000 euros).

Vous venez de recevoir l’annonce du déclenchement de la mort qui prendra effet 24 heures après réceptionLes termes des lettres de menace

Le chantage se faisait par courriers, accompagnés parfois d’une photo menaçante montrant un homme dissimulé derrière une cagoule, une djellaba ou un keffieh, armé d’un lance-roquette, d’un fusil d’assaut ou d’une grenade. Le tout devant leur résidence.

La demande est dans certains cas attribuée à la branche française du Front de libération de la Palestine, dans d’autres au mouvement indépendantiste corse Armata Costa ou parfois même au groupe de rappeurs Mafia K’1 Fry. L’argent doit être transféré via Western Union ou être remis au métro Châtelet.

Pour accentuer la peur chez certaines victimes, une grenade et des cocktails Molotov sont déposés dans leur jardin. Une voiture est même piégée à Sceaux, où plusieurs d’entre elles résident. Une seconde lettre est envoyée si les premières menaces ne suffisent pas : “Vous venez de recevoir l’annonce du déclenchement de la mort qui prendra effet 24 heures après réception”, y est-il inscrit.

Sans avocat, Youssouf Fofana sera-t-il présent au tribunal ?

Aucune victime ne versera d’argent et les surveillances policières ne donneront rien. Si bien qu’il faudra attendre l’affaire Ilan Halimi pour avancer sur l’enquête. Dans les deux dossiers, le même cybercafé et la même cabine téléphonique sont utilisés pour contacter les victimes. D’autres indices concordent. Un des complices de Youssouf Fofana le met en cause, avant qu’il ne se vante lui-même de ses actes devant les enquêteurs. Il est depuis revenu sur ses déclarations.

Sans nouvelle du Franco-Ivoirien depuis trois mois, son ex-avocat Me Emmanuel Ludot ne le défendra pas au tribunal correctionnel de Paris. Fofana a même “récusé un autre avocat commis d’office”, précise-t-il. Il devrait ainsi se défendre tout seul, même si sa présence ce mardi au procès n’est pas assurée. Ce serait une des dernières fois qu’il sortirait de prison.

Lci

Les commentaires sont fermés.