Modern technology gives us many things.

Voici les salaires des présentateurs des JT français

Laurent Delahousse, Jean-Pierre Pernaut, David Pujadas…combien gagnent-ils ?

Outre-Atlantique les salaires de certains journalistes vedettes peuvent atteindre des millions de dollars annuellement. En France, bien que n’atteignant pas des sommes extravagantes, les rémunérations des présentateurs de nos journaux télévisés sont, elles aussi, très confortables. Découvrez combien touchent les stars de l’info !

Dans son dernier numéro le magazine Télé 2 semaines révèle les salaires des présentateurs des JT. Un dossier qui met en lumière les disparités salariales qui existent entre les chaînes publiques et privées. Ainsi TF1 payerait ses animateurs stars, Gilles Bouleau, Anne-Claire Coudray et Jean-Pierre Pernaut entre 30 000  et 40 000 euros par mois. Le magazine rappelle que Claire Chazal et Laurence Ferrari gagnaient 50 000 euros par mois et PPDA émargeait, lui, à 71 500 euros par mois

Chez France 2 les présentateurs sont un peu moins gâtés. Laurent Delahousse percevrait 15 000 euros par mois, un montant qui ne prend pas en compte la présentation des magazines parmi lesquels Un jour, un destin. Le contrat de David Pujadas mentionnerait les mêmes conditions salariales.

Carole Gaessler qui officie sur France 3 gagnerait, elle, plus de 10 000 euros par mois. Passée par France 2, la journaliste avait un salaire plus élevé que la moyenne de France 3, salaire qu’elle a gardé en arrivant sur la chaîne des régions. Son confrère, Francis Letellier à la tête du Grand Soir 3 empocherait quant à lui 6 000 euros par mois.

Du côté de la chaîne privée BFMTV – à l’exception de Ruth Elkrief sa journaliste vedette émargeant à 15 000 euros par mois – les rémunérations sont moins attractives que celles perçues sur France Télévisions. En général, les salaires des présentateurs travaillant pour cette chaîne sont compris dans une fourchette allant de 5000 à 6000 euros mensuels.

Cet écart salarial entre BFMTV et la société qui gère les activités de la télévision publique en France est amplement justifié, eu égard au budget de fonctionnement alloué à ces deux grandes chaînes d’in­for­ma­tions. Des salaires qui ne s’adressent évidem­ment pas aux repor­ters ou aux jour­na­listes offi­ciant dans les coulisses de ces grandes chaines.

Les commentaires sont fermés.