Modern technology gives us many things.

Pour un visa aux USA, il faudra révéler réseaux sociaux et contacts

Le gouvernement des Etats-Unis propose de recueillir les identités sur les réseaux sociaux de presque tous ceux qui cherchent des visas américains, selon un nouveau dépôt du Département d’Etat.

La proposition qui est une vaste expansion de l’information recueillie auprès des demandeurs de visas américains, si elle est approuvée par le Bureau de la gestion et du budget, obligerait la plupart des demandeurs de visa immigrants et non-immigrants à lister toutes les identités sociales qu’ils ont utilisées les cinq dernières années.

 

L’information servira à les évaluer et à les identifier, selon les propositions, ce qui toucherait environ 14,7 millions de personnes par an. Les propositions soutiennent la promesse du président Donald Trump d’instituer un «contrôle extrême» des étrangers entrant aux États-Unis pour prévenir le terrorisme. Auparavant, selon les règles instituées en mai dernier, les agents consulaires avaient reçu l’ordre de collecter les identifiants de médias sociaux lorsqu’ils déterminaient «qu’une telle information est nécessaire pour confirmer leur identité ou procéder à un contrôle de sécurité nationale plus rigoureux».

Le Département d’État a alors déclaré que le contrôle plus strict ne s’appliquerait qu’aux personnes «qui ont été déterminées à justifier un contrôle supplémentaire en lien avec le terrorisme ou d’autres inéligibilités de visas liées à la sécurité nationale». un effet « paralysant » sur la liberté de parole et d’association.

« Les gens devront maintenant se demander si ce qu’ils disent en ligne sera mal interprété ou mal compris par un fonctionnaire du gouvernement », a déclaré Hina Shamsi, directeur du projet de sécurité nationale de l’ACLU, dans un communiqué. « Nous sommes également préoccupés par la façon dont l’administration Trump définit le terme vague et trop large » activités terroristes « parce qu’il est intrinsèquement politique et peut être utilisé pour discriminer les immigrants qui n’ont rien fait de mal », a-t-il dit.

« Il existe un risque réel que les médias sociaux ciblent injustement les immigrés et les voyageurs des pays à majorité musulmane pour des refus de visas discriminatoires, sans rien faire pour protéger la sécurité nationale. » La nouvelle proposition a été publiée vendredi dans le Federal Register. Le public dispose de 60 jours pour commenter les procédures révisées avant que la CAMO les approuve ou les rejette.

Si elles sont approuvées, les mesures exigeront également que les demandeurs soumettent cinq années de numéros de téléphone, d’adresses électroniques et d’antécédents de voyage à l’étranger. On leur demandera s’ils ont été expulsés d’un pays et si des membres de leur famille ont été impliqués dans des activités terroristes, a indiqué le département. Le ministère a déclaré qu’il avait l’intention de ne pas les demander systématiquement à la plupart des demandeurs de visas diplomatiques et officiels.

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.